50' Inside : Sophie Davant gênée de se revoir jeune dans Télématin, elle refuse de regarder un extrait de ses débuts

Sophie Davant avait 24 ans lorsqu’elle a fait sa première apparition à la télévision, en tant que présentatrice de la météo dans Télématin. Un souvenir que lui a fait visionner Nikos Aliagas dans 50’ Inside ce 21 novembre, et qui l’a particulièrement gênée !

C’est en 1987 que les Français ont fait la connaissance de Sophie Davant dans Télématin. Un souvenir qui remonte à il y a 33 ans déjà, et que Nikos Aliagas a choisi de lui faire redécouvrir dans 50’ Inside ce samedi 21 novembre. A l’époque, Roger Zabel est présentateur dans l’émission, et est chargé de présenter Sophie Davant aux téléspectateurs d’Antenne 2. “C’est un événement à la télévision ce matin, nous accueillons une petite nouvelle dans Télématin…”, a-t-on pu entendre prononcer le journaliste, tandis que la présentatrice d’Affaire Conclue lâchait un : “oh là là” plein de panique. A l’époque, la maman de Nicolas et Valentine y est présentatrice météo. Sophie Davant a donc pu se revoir avec son éternel sourire et ses yeux rieurs, en train de prononcer : “Bonjour Roger, je suis heureuse de pouvoir vous annoncer une belle nouvelle aujourd’hui : le soleil recommence à pointer le bout du nez…”. Immédiatement, Sophie Davant a coupé le visionnage devant Nikos Aliagas. “Bon, là j’arrête tout de suite”, a-t-elle tranché.

« On était une équipe, une vraie équipe »

De quoi provoquer l’étonnement du journaliste. “Pourquoi vous arrêtez ? Vous n’aimez pas vous voir ?”, lui a-t-il demandé. “C’était terrible, s’exclame la présentatrice âgée de 57 ans, qui en avait 24 à l’époque. Aucun code de fringues, je portais tout ce qu’il ne faut pas porter à la télé : le pied-de-poule !”. Néanmoins, Sophie Davant confirme que la matinale a été une “excellente école”. “J’ai appris à être spontanée, à être réactive et à survivre à toutes les conneries de Roger qui en a fait beaucoup”, assure l’ex-femme de Pierre Sled.

Galerie: Photos – Willy Rovelli (Fort Boyard) s’amuse de cet énorme mystère autour de lui… (Public)

On était soudés. On était une équipe, une vraie équipe. On se marrait. Après l’émission on allait manger une entrecôte à 9 heures du matin au petit bistro du coin. On se racontait nos vies et on rigolait. Voilà, c’était une espèce d’ambiance que j’ai connue pendant plus de vingt ans, et c’est douloureux quand ça s’arrête”, confirme Sophie Davant, nostalgique. “Quand mon émission du matin s’est arrêtée, j’ai eu beaucoup de mal. C’est un vrai deuil. La vie est une succession de deuils dans tous les domaines, mais là c’était un vrai deuil”, affirme-t-elle. Un souvenir empreint de nostalgie.


Source: Lire L’Article Complet