Affaire Mia, le « gourou » Rémy Daillet arrêté : « Il a détruit ma famille »

Après l’arrestation ce samedi 29 mai en Malaisie de Rémy Daillet-Wiedemann, soupçonné d’avoir contribué à l’organisation de l’enlèvement de Mia, son entourage a réagi sur cette affaire. Pierre Claret, un ancien ami, et Lilian Vanherpe, un mari et un père déboussolé, ont confié leur étonnement et leur soulagement au journal La Dépêche.

Que pensent les proches du ‘gourou’ dans cette histoire ? Ce samedi 29 mai, Rémy Daillet-Wiedemann, l’homme soupçonné d’avoir inspiré les ravisseurs de la petite Mia enlevée en avril dernier, a été arrêté en Malaisie. Malgré un mandat d’arrêt international, c’est pour sa situation administrative, plus précisément pour un problème de visa que son arrestation a eu lieu. Face à ce rebondissement, Pierre Claret, un ancien ami, et Lilian Vanherpe ont réagi dans les colonnes de La Dépêche.

Amis depuis plusieurs années, Pierre Claret a été “très surpris” de voir associé son nom à l’affaire Mia. Comme il l’a été pour le mandat d’arrêt international, “mais ça correspond à sa personnalité.” Un “homme de théâtre” dans le rôle d’un personnage difficile à cerner d’après sa description. Pour Lilian Vanherpe, cette arrestation est une bonne nouvelle. En effet, d’après les propos du Gersois lors d’un entretien avec La Dépêche réalisé il y a quelques semaines, l’homme l’accusait d’avoir manipulé sa femme et ses enfants alors installés chez lui en Malaisie. Depuis 2016, il n’a plus aucun contact avec eux. Une situation compliquée à gérer. “Cet homme a détruit ma famille. Mes enfants sont toujours là-bas. La justice a permis à leur mère d’avoir la garde. Je n’ai aucune nouvelle, alors qu’ils sont avec une personne qui semble détraquée mentalement, au vu de ce que j’ai pu lire” avait-il alors déclaré.

Affaire Mia : que prévoit la justice pour Rémy Daillet ?

Lilian Vanherpe attend beaucoup de la justice française pour “comprendre la situation.” Mais en attendant un possible rebondissement dans l’affaire suite à l’arrestation, Rémy Daillet peut soit être expulsé, soit être extradé vers la France. Pour le moment, Paris et Kuala Lumpur n’ont pas conclu d’accord d’extradition. Une procédure pour le moins incertaine puisque selon le droit local, les personnes considérées comme menant une action politique ne peuvent être extradées. Et les avocats du ‘gourou’ de 55 ans ont présenté leur client comme un “dissident” et “un opposant contre la République dite française” dans un communiqué. Affaire à suivre !

Crédits photos : youtube

Autour de

Source: Lire L’Article Complet