Affaire Olivier Duhamel : le politologue quitte une nouvelle prestigieuse fonction

Les conséquences de l’affaire Kouchner-Duhamel continuent de tomber pour l’ancien président de Sciences Po. Accusé de viol par ses beaux-enfants, le politologue a quitté une autre de ses fonctions officielles annonce Le Point jeudi 15 juillet 2021.

  • Olivier Duhamel

Le 14 juin 2021, l’AFP annonçait que l’affaire Duhamel était classée sans suite par le parquet de Paris. Olivier Duhamel était dans le viseur de la justice depuis la parution du livre explosif de sa belle-fille Camille Kouchner La Familia Grande, dans lequel elle racontait les attouchements du politologue sur son frère jumeau, qu’elle présente sous le pseudonyme de Victor dans son livre, lorsqu’il était adolescent. Des faits qu’Olivier Duhamel avait fini par reconnaître lors d’une audition en tant que suspect libre menée par la brigade de Protection des Mineurs en avril 2021. Bien que reconnus, les faits ne pouvaient faire l’objet de poursuites pénales puisque désormais prescrits, ce qui explique logiquement le classement sans suite. Mais ce n’est pas pour autant que le politologue sort de cette affaire les mains propres.

Une fuite en avant ?

Outre sa réputation désormais détruite, Olivier Duhamel a connu des conséquences professionnelles. Le 4 janvier 2021, avant même la parution du livre de Camille Kouchner, il avait annoncé sur Twitter qu’il quittait ses fonctions de président de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP) “pour protéger les institutions dans lesquelles” il travaillait. 6 mois plus tard, Le Point a révélé jeudi 15 juillet 2021 qu’il avait démissionné d’une autre fonction, tout aussi prestigieuse : sa place au Barreau de Paris, où il avait prêté serment le 9 décembre 2010. Il s’agit là d’une façon d’éviter de lourdes sanctions en raison des violations présumées de la déontologie de sa profession. En effet, le bâtonnier de l’ordre des avocats de Paris Olivier Cousi avait annoncé en février 2021 l’ouverture d’une enquête disciplinaire à l’encontre d’Olivier Duhamel suite à la parution de La Familia Grande, sachant qu’à l’inverse de l’enquête judiciaire, il n’y avait pas cette fois de délai de prescription pour les faits reprochés. Le politologue et avocat continue donc d’anticiper toutes les potentielles sanctions à son encontre, mais perd peu à peu toutes ses positions officielles.

Source: Lire L’Article Complet