Alessandra Sublet : avec ses enfants c’est « perdu de vue »

Ce samedi 5 juin, Alessandra Sublet a partagé un cliché sur Instagram en compagnie de ses enfants et elle a opté pour une légende à double sens.

Alessandra Sublet a décidé de changer de vie. La célèbre présentatrice a quitté la région parisienne pour s’installer dans le sud de la France. Un besoin qui lui fait le plus grand bien. Cependant, cette décision n’a pas été au goût de ses proches qui lui ont reproché de ne pas emmener avec elle ses enfants, dont elle partage la garde avec son ex-mari Clément Miserez. Des avis qui ont particulièrement agacé Alessandra Sublet. D’ailleurs, ce samedi 5 juin, l’animatrice de Stars à nu a partagé un cliché sur son compte Instagram qui pourrait faire taire tous ses accusateurs.

Sur cette photo, seules deux petites têtes troublées au milieu d’un champ de blé sont visibles. Pour accompagner cette publication, Alessandra Sublet a opté pour une légende pleine d’humour, mais à la fois très significative. “Perdu de vue“, a-t-elle écrit, accompagné du hashtag “Mes amours“. L’animatrice prouve qu’elle profite de ses enfants comme n’importe quelle maman. Ses abonnés ont été séduits par cette photo et certains ont même commenté, amusés : “Ah vous ne les avez pas abandonnés, je croyais avec ce qu’on peut lire ?

https://www.instagram.com/p/CPvnfvktw_p/

A post shared by Alessandra Sublet (@alessandra_sublet)

Un choix qui divise

Ce cliché semble faire écho au récent coup de gueule poussé par Alessandra Sublet sur ses réseaux sociaux, après être tombée sur un titre qui l’avait scandalisée, concernant “l’abandon de ses enfants”. “Non mais allo quoi ? On peut arrêter de raconter des conneries ?” s’était-elle insurgée en story Instagram, en mentionnant l’hebdomadaire fautif. Auparavant, l’associée d’Axelle Francine, pour Le Petit Med Spa Paris, s’était confiée sur son choix controversé dans les colonnes du magazine Elle. Est-ce qu’on va dire ça à un homme ? (…) Eh bien non, je vais vivre ma vie et la liberté de vivre une semaine sur deux avec eux, sachant qu’ils ont la liberté de venir quand ils le souhaitent. Mais j’ai besoin d’avoir des moments à moi“, s’était-elle défendue avant d’ajouter : “J’ai envie d’être heureuse, et ce n’est pas au détriment de mes enfants.” Puis, elle s’était interrogée : “Si je ne m’épanouis pas maintenant, quand ?” De plus, elle en est persuadée : vivre loin de leur mère, “ne fera pas d’eux des enfants malheureux”.

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Romain Doucelin / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet