Alessandra Sublet : pourquoi elle a changé de prénom

J’emmerde Cendrillon ! est une autobiographie signée Alessandra Sublet, dans laquelle elle raconte son histoire professionnelle et amoureuse. L’animatrice y confie ses secrets pour débuter dans le métier, et raconte avoir menti sur son prénom !

Animatrice star de la télévision française, Alessandra Sublet signe à l’âge de 44 ans le livre J’emmerde Cendrillon ! Un deuxième ouvrage autobiographique pour l’ex-femme de Clément Miserez, qui raconte avec franchise les débuts de sa carrière mais aussi son parcours amoureux. Très sûre d’elle, Alessandra Sublet n’a jamais hésité à provoquer le destin et à prendre les devants, comme elle le raconte volontiers dans les colonnes de Paris Match ce jeudi 27 mai. Stratège, la maman de Charlie et d’Alphonse raconte comment elle a fait pour être embauchée chez MTV à New York. Et tous les coups étaient permis. “Elle bidonne son CV, va jusqu’à se faire faire une fausse carte de sécurité sociale… et est rapatriée de force vers Paris à cause de son infraction culottée”, relate Paris Match.

« Marquer les esprits »

De retour en France, Alessandra Sublet n’en démord pas : elle veut percer dans l’audiovisuel. Alors, “elle appelle toutes les sociétés de production parisiennes pendant des mois pour obtenir un casting”. Afin de “marquer les esprits”, la jolie brune décide de changer du tout au tout. “Elle transforme le classique Alexandra en Alessandra”, peut-on découvrir. “Il faut assumer d’avoir envie de réussir. Les belles voitures, les grandes maisons, les vacances luxueuses, on en parle comme de Voldemort dans Harry Potter : c’est tabou. Pourquoi juger ceux qui se défoncent au boulot pour bien gagner leur vie ?”, se demande l’ancienne animatrice de L’amour est dans le pré. Malgré le succès, Alessandra Sublet affirme garder les pieds sur terre. “Je vis à la campagne, je ne suis pas mariée à un chanteur connu, mes enfants ne le sont pas non plus, je n’ai pas de villa sur les hauteurs de Beverly Hills…”, souligne-t-elle. Une maman (presque) comme les autres.

Source: Lire L’Article Complet