Annie Cordy pas dupe du souvenir qu’elle laisserait

Dans un entretien accordé au Figaro quelques jours après la mort d’Annie Cordy, Jean-Paul Rouve qui a pu la diriger au cinéma a révélé qu’elle savait très bien le souvenir qu’elle allait laisser aux gens.

Annie Cordy est décédée à l’âge de 92 ans le vendredi 4 septembre dernier. Elle était chanteuse et meneuse de revue mais ce jeudi 10 septembre, France 3 met l’actrice à l’honneur en diffusant le film Les souvenirs de Jean-Paul Rouve dans lequel elle incarnait Madeleine, une vieille femme qui s’évadait de sa maison de retraite. Plus d’un million de personnes s’étaient émues devant l’impressionnant jeu d’Annie Cordy, pourtant elle savait très bien que les gens allaient se souvenir d’elle que pour une seule chose…

Dans un entretien accordé au Figaro, Jean-Paul Rouve est revenu sur le tournage du film et a rapporté des paroles d’Annie Cordy, qui savait que tout le monde se souviendrait d’elle pour une chanson. “Elle était très fière de sa carrière et me disait souvent : ‘Quand je vais mourir, on se souviendra de Tata Yoyo, et c’est très bien comme ça’,” a-t-il raconté. Et de dire combien c’était une femme pudique : “Elle parlait très peu de sa vie, de ses failles et de ses fragilités…”

Les regrets d’Annie Cordy

Passionnée de scène, souriante, comblée, Annie Cordy avait tout de même quelques regrets. “Elle m’avait confié qu’elle aurait aimé poursuivre ses études, qu’elle regrettait de n’avoir jamais eu d’enfant, mais sans jamais s’appesantir, toujours avec une pirouette,” s’est souvenu celui que l’on a pu voir dans Les Tuche. Toutefois, l’artiste ne voulait pas se plaindre auprès des autres. “Elle me disait toujours : ‘Je suis là pour amuser les gens, je ne vais pas les emmerder avec ma vie’,” a-t-il conclu.

Crédits photos : JLPPA / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet