Au tribunal, Britney Spears compare l’emprise toxique de son entourage à du "trafic sexuel"

Sous tutelle depuis 13 ans, Britney Spears a demandé une nouvelle fois la fin de cette emprise, mercredi 23 juin devant le tribunal de Los Angeles. Elle a notamment lancé de nombreuses accusations envers son père, qu’elle juge abusif.

Britney Spears a de nouveau fait une requête auprès de la justice pour retrouver sa liberté. Mercredi 23 juin, la chanteuse s’est exprimée devant le tribunal de Los Angeles demandant la fin de sa mise sous tutelle « abusive », de son père Jamie Spears, qu’elle subit depuis 13 ans. «Je mérite d’avoir une vie», a déclaré la chanteuse, en visioconférence devant la cour, dont le communiqué a été repris par The Guardian. Très affectée par cette situation, elle a exprimé son mal-être en affirmant : «Cette mise sous tutelle me fait plus de mal que de bien.» Elle accuse notamment son père qui a toujours la main mise sur ses biens, sa carrière et sa vie personnelle. D’après la jeune femme : «Il aimait avoir du contrôle pour faire du mal à sa propre fille, à 100.000 %.»

En vidéo, “Framing Britney Spears”, la bande-annonce

Pas une “esclave”

L’interprète de Toxic a déclaré qu’elle souhaitait poursuivre sa famille en justice et compare sa situation à un «trafic sexuel». En effet, elle aurait été forcée à travailler tout en n’ayant aucun contrôle sur ses finances et aucune indépendance. «Les gens qui m’ont fait ça ne devraient pas pouvoir s’en tirer si facilement», affirme Britney. Lors de l’audience, la chanteuse a dévoilé que l’équipe qui dirigeait les moindres aspects de sa vie avait menacé de la poursuivre en justice si elle ne se produisait pas sur scène, en 2018. D’après un rapport du New York Times, dévoilé le mardi 22 juin, la jeune femme avait même été forcée de donner un concert alors qu’elle souffrait de 40° de fièvre. «C’était très menaçant et effrayant. (…) Je ne suis pas là pour être l’esclave de qui que ce soit», a-t-elle déclaré devant la cour.

Les documents confidentiels publiés par le New York Times, un jour avant l’audience, ont notamment dévoilé que la chanteuse s’était entretenue avec un enquêteur du tribunal de Los Angeles, en 2016, lui faisant part de ses préoccupations par rapport à sa mise sous tutelle «devenu un outil oppressif (…) contre elle.» Elle a notamment ajouté que cette emprise donnait à son père l’autorité sur les personnes qu’elle fréquentait, avec lesquelles elle se liait d’amitié et sur le montant de l’allocation hebdomadaire qu’elle recevait.

Abandonnée par sa famille

Britney Spears est bien décidé à retrouver sa vie. Lors de l’audience, elle est revenue sur les différents traitements médicaux qui lui étaient prescrit. Elle évoque notamment l’obligation qu’elle avait de prendre du lithium : «Je me sentais ivre. Je ne pouvais même pas avoir une conversation avec ma mère ou mon père vraiment sur quoi que ce soit… Personne, dans ma famille, ne faisait rien.» La chanteuse a alors demandé à pouvoir choisir son propre avocat et à s’exprimer comme ses parents le faisaient face aux médias, alors qu’ils le lui avaient interdit.

À la suite de ces déclarations, Jamie Spears s’est peu exprimé. D’après Vivian Thoreen, son avocate, «il est désolé de voir sa fille souffrir et avoir autant de peine. M. Spears aime sa fille et elle lui manque beaucoup.» Soutenue par ses fans, la chanteuse a pu compter sur de nombreux militants de #FreeBritney, postés devant le tribunal, qui ont fait pression pour que Jamie Spears soit évincé et que la mise sous tutelle soit entièrement dissoute.

Source: Lire L’Article Complet