« Aucun candidat ne s’impose à droite » : Laurent Wauquiez cinglant avec Valérie Pécresse et Xavier Bertrand

Ce dimanche 29 août, Laurent Wauquiez a, une nouvelle fois, expliqué son choix de ne pas être candidat à l’élection présidentielle de 2022. Le président de la région Auvergne Rhône-Alpes en a profité pour adresser un tacle à Valérie Pécresse et Xavier Bertrand.

C’est officiel. Contre toute attente, Laurent Wauquiez a déclaré ne pas être candidat à la prochaine élection présidentielle. “Les candidatures à la présidentielle à droite sont en train de se multiplier de façon inquiétante“, avait-il expliqué sur Facebook. Une décision mûrement réfléchie qu’il a tenu à justifier, une nouvelle fois, ce dimanche 29 août, après son ascension annuelle du Mont Mézenc. “Ce choix, je l’ai fait en regardant avec lucidité la situation, et j’ai voulu faire un choix de responsabilité, a-t-il déclaré, avant de poursuivre : “Force est de constater qu’aucun candidat ne s’impose à droite”. Un tacle qui vise assurément Valérie Pécresse et Xavier Bertrand, tous deux ayant déjà évoqué leur engagement dans la course à l’Élysée.

Je préfère me battre pour faire gagner nos idées que de donner le triste spectacle de la division“, a-t-il précisé.Aucun candidat n’a aujourd’hui la force et la densité pour imposer sa candidature comme avaient su le faire Nicolas Sarkozy, Georges Pompidou, ou le Général de Gaulle à leur époque”, a-t-il ajouté.

Laurent Wauquiez: "Aucun candidat n'a la force et la densité pour imposer sa candidature" à droite pic.twitter.com/HTPiJpmiIv

Présidentielle de 2022 : Laurent Wauquiez énonce les thèmes qu’il juge incontournable

Ne pas être candidat ne signifie pas que je ne m’engagerai pas pour ce que je crois. Je n’ai pas l’intention de me retirer sous ma tente !“, a précisé Laurent Wauquiez, d’après les informations du Point. Le président de la région Auvergne Rhône-Alpes compte ainsi avoir son mot à dire sur les thèmes abordés durant les prochaines campagnes. Parmi les sujets qui lui semblent importants figurent : “le cancer de l’assistanat”, l’immigration, la baisse des impôts, ou encore la restauration de l’autorité dans l’Hexagone.

Crédits photos : Sandrine Thesillat / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet