Bérénice Bejo : "La plus belle rencontre de ma vie, c’est Michel Hazanavicius"

Dans Le Bonheur des uns…, elle incarne une vendeuse qui connaît un succès fulgurant avec son premier roman.

Madame Figaro. – Qu’est-ce qui vous a séduite dans le film de Daniel Cohen, Le Bonheur des uns… ?
Bérénice Bejo
. – Le défi que représentait mon personnage : sa vie bascule, mais elle ne change pas en profondeur et s’efforce de ne pas en vouloir à ceux qui la jugent… Je ne voulais pas qu’on la trouve sotte ou naïve : j’ai essayé de la nourrir de mes silences et de mes regards pour qu’elle ne soit jamais passive.

Le film traite du rapport à la célébrité. Est-ce un sujet qui vous parle ?
La célébrité modifie parfois le comportement des autres à votre égard. Ils peuvent se raconter des histoires sur vous, nourries de fantasmes, de jalousies. C’est alors à vous de rééquilibrer ce rapport, en désacralisant les choses.

Le principal trait de votre caractère ?
Joyeuse.

Celui dont vous êtes le moins fière ?
Je suis toujours en retard.

En vidéo, “Le bonheur des uns”, la bande-annonce

Celui que vous détestez chez les autres ?
L’abus de pouvoir.

Votre geste écolo ?
Je trie, je me déplace à vélo depuis vingt-cinq ans, j’ai des fournisseurs d’électricité et de gaz écolos, je fais attention à la provenance des vêtements et des produits alimentaires… Et j’essaie d’apprendre tout ça à mes enfants.

Sur une île déserte, qu’emporteriez-vous ?
Ma famille et quelques jeux. Pendant le confinement, nous faisions des apéros-jeux quasiment tous les soirs.

Le casting d’un dîner idéal chez vous ?
Charlie Chaplin, Gloria Swanson, Clark Gable, David Bowie – mon chanteur préféré -, et Catherine Deneuve, parce qu’elle est très drôle.

Le cadeau que vous offrez souvent ?
Des livres que j’ai aimés. J’ai hâte d’offrirLe Comte de Monte-Cristo à mon fils pour ses 12 ans.

Une musique dans votre vie ?
Beethoven, je peux l’écouter en toutes circonstances.

Le livre qui vous accompagne ?
Tout dépend du moment. Récemment, j’ai adoré Lonesome Dove, de Larry McMurtry, une série littéraire sur la conquête de l’Ouest.

Une rencontre qui vous a marquée ?
La plus belle de ma vie : Michel Hazanavicius (son mari, réalisateur, NDLR). Un mec génial !

Un héros d’enfance ?
Fanfan la Tulipe, par Gérard Philipe, et tous les héros des films d’aventures. Les actrices de l’âge d’or aussi : Marilyn Monroe, Katharine et Audrey Hepburn…

Votre luxe ?
Quand on devient célèbre, on perd la chance d’être anonyme, mais on gagne celle de prendre du temps pour soi et ceux qu’on aime.

Votre madeleine de Proust ?
Une escalope milanaise, un œuf frit et des frites que l’on trempe dans le jaune : un plat typiquement argentin que cuisine mon père.

Le Bonheur des uns…, de Daniel Cohen, avec Bérénice Bejo, Vincent Cassel, Florence Foresti…

Source: Lire L’Article Complet