Bernard Tapie : Franz-Olivier Giesbert évoque leurs “engueulades sismiques” lorsqu’ils travaillaient ensemble

Le journaliste Franz-Olivier Giesbert, biographe de Bernard Tapie, a réagi à la mort de l’homme d’affaires dimanche 3 octobre 2021 lors du JT de France 2. Il a ainsi dressé un portrait aussi attachant qu’explosif du patron de La Provence, dont lui-même a été le directeur éditorial.

  • Bernard Tapie

Homme d’affaires au caractère bien trempé, Bernard Tapie avait gardé un pied dans les médias avec la gestion du journal La Provence, dont il était le propriétaire depuis 2013. Invité du JT de France 2 le dimanche 3 octobre 2021, le journaliste Franz-Olivier Giesbert, auteur du livre Bernard Tapie – Leçons de vie, de mort et d’amour, a évoqué sa relation avec son ancien patron. Un récit haut en couleur, qui témoigne de la personnalité explosive du défunt.

« Je travaillais avec lui à La Provence, il changeait d’avis facilement. Après c’est vrai qu’il y avait des engueulades absolument sismiques. On montait dans les tours tous les deux et quand on répondait il n’y avait pas de problème. Même s’il était patron, s’il y avait un nom d’oiseau, je rendais le nom d’oiseau aussi vite », a ainsi expliqué le biographe à Laurent Delahousse. Mais derrière l’image publique ardente de Bernard Tapie, se cachait en réalité un homme d’une immense sensibilité. « Et bien à l’arrivée, le lendemain il appelait, puis tout était fini. Puis souvent il y avait des phrases du genre ‘Je t’aime’. Il détesterait que je dise ça. C’était un grand affectif », a indiqué Franz-Olivier Giesbert dans le 20h de France 2.

6 années de confidences

Il aura fallu six années de confidences pour que Franz-Olivier Giesbert réussisse à écrire l’ouvrage Bernard Tapie, Leçons de vie, de mort et d’amour. Et pour cause, même si les deux hommes se connaissent bien il n’était pas évident de pénétrer dans l’intimité de l’ancien dirigeant de l’OM. « C’est quelqu’un qui n’aime pas du tout répondre aux questions personnelles. Il se ferme tout de suite comme une huître. Je peux vous dire que c’est extrêmement compliqué », a ainsi indiqué Franz-Olivier Giesbert à France Bleu le 10 juin 2021. Et d’ajouter : « On le voit comme quelqu’un d’extrêmement narcissique, mais pas du tout il est très pudique. Il n’aime pas parler de lui, de ses proches, de sa famille. Donc moi, j’ai essayé de forcer les portes. C’est le travail du journaliste de forcer les portes ». Un exercice véritablement difficile pour tenter de cerner cet homme insaisissable mort à 78 ans.

Source: Lire L’Article Complet