Bertrand Renard et Arielle Boulin-Prat (Des chiffres et des lettres) : la réponse au vitriol de France Télévisions à leurs accusations

Quelques jours après avoir violemment taclé France Télévisions, Bertrand Renard et Arielle Boulin-Prat viennent de recevoir une réponse de leur part. Le groupe a souhaité mettre les points sur les i après leurs accusations au sujet de leur contrat de travail.

Drôle de nouvelle qu’annonçait France Télévisions il y a quelques jours lorsque le groupe révélait le départ d’un couple emblématique de sa chaîne : Bertrand Renard et Arielle Boulin-Prat, arbitres du programme Des chiffres et des lettres. Un duo présent depuis de nombreuses années sur la chaîne et notamment dans l’émission dans laquelle ils accompagnent Laurent Romejko.

Toutefois, malgré le fait que certains laissaient penser que l’envie de partir venait de leur personne, les principaux concernés ont rapidement rétabli leur vérité.« En somme, bien loin de vouloir partir ou quitter l’émission, c’est bien France Télévisions où nous avons travaillé si longtemps qui choisit de se séparer de nous, d’acter seule une rupture qui ne lui a jamais été demandée », précisaient-ils dans un communiqué de presse relayé ce lundi 22 août 2022. La véritable raison de leur départ se situerait au niveau du CDI jamais obtenu. « Nous n’avons pas refusé la supposée nouvelle version du jeu, puisqu’on ne nous l’a jamais présentée. […] Ce qui est désigné pudiquement comme un désaccord contractuel a surgi car France Télévisions a exigé une baisse de notre salaire de l’ordre de 60 % et a refusé de nous accorder le CDI que nous avons eu l’outrecuidance de réclamer », ont-ils ajouté très remontés.

Des contradictions dans la réponse

Mais quelques jours après ces accusations, c’était au tour de France Télévisions de donner sa version. A en croire la réponse du groupe, la guerre entre les différentes parties ne semble pas près de se finir. « Madame Arielle Boulin-Prat et Monsieur Bertrand Renard, animateurs de cette émission engagés en CDD d’usage, ont refusé de poursuivre leur collaboration dans les nouvelles conditions qui leur étaient proposées », indique dans un premier temps France Télévisions, avant d’assurer qu’une « augmentation de leur cachet » aurait été proposée à Bertrand Renard et Arielle Boulin-Prat.

Une augmentation qui vient « compenser une part significative de la baisse du nombre d’émissions et qu’ils l’ont refusée ». Quant aux CDD qui se sont succédé, France Télévisions a, là aussi, la réponse aux questions. « Ils ont été engagés dans le cadre de contrats à durée déterminée d’usage, […]. Le recours à ce type de contrats est autorisé et pratiqué par l’ensemble de la profession. Ils ont travaillé environ 35 à 40 jours par an, regroupés en 6 à 8 sessions et n’ont donc pas collaboré dans les conditions d’un CDI à temps plein ». Toujours d’après le groupe, le duo qui officiait dans Des chiffres et des lettres n’aurait « auparavant jamais sollicité de CDI, conclu le groupe. Nous regrettons cette situation et poursuivons avec eux les discussions que nous avons engagées pour accompagner la fin de leur carrière à hauteur de leur engagement durant toutes ces années ». Pas sûr que ce communiqué ne satisfasse les deux désormais ex-arbitres de l’émission.

A voir également : Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions fracassée par un acteur star de « Plus belle la vie » : « Elle ne s’est même pas déplacée ! »

R.F

Source: Lire L’Article Complet