Brahim Bouhlel : l’acteur de Validé condamné à huit mois de prison ferme pour une vidéo parodique

Placé en détention préventive après avoir diffusé une vidéo jugée insultante sur les résaux sociaux, Brahim Bouhel a assisté à son procès ce mercredi 21 avril. L’acteur de la série Validé a ainsi été condamné à huit mois de prison ferme.

Les images avaient indigné sur les réseaux sociaux. Dans une vidéo devenue virale, Brahim Bouhlel, accompagné de l’influenceur Zbarbooking et de l’acteur Hedi Bouchenafa, s’était filmé en train de doubler la voix des gens qu’il croisait. L’acteur révélé par la série Validé s’était ainsi attardé sur trois mineurs et avait proféré de violentes insultes.« Ce que j’aime bien, ici, c’est toutes les p*** que je paie 100 dirhams », avait-il notamment osé, avant d’insulter trois enfants qu’il avait croisés dans la rue de « fils de p*** ». Des mineurs qui étaient apparus à visage découvert. Mais ce qui se voulait au départ comme une blague a suscité une forte indignation sur les réseaux sociaux. Face à la polémique, les trois hommes n’avaient pas eu d’autre choix que de présenter leurs excuses, soulignant qu’il s’agissait d’une vidéo “parodique“. Mais le mal était fait. Les paroles jugées dégradantes couplées à ces images d’enfants ont valu à Brahim Bouhlel et Zbarbooking d’être placés en détention préventive depuis deux semaines. Le troisième protagoniste, lui, a quitté le Maroc avant l’ouverture de l’enquête.

Brahim Bouhlel va faire appel de sa condamnation

Poursuivis pour “diffusion d’une vidéo d’une personne sans son consentement” et “détournement de mineur”, Brahim Bouhlel et Zbarbooking étaient jugés ce mercredi 21 avril au Maroc. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les sanctions sont sévères. En effet l’humoriste a été condamné à huit mois de prison ferme pendant que son camarade influenceur a écopé d’un peine d’un an ferme. Un jugement “très dur” selon l’avocat des deux hommes, Maître Rghiou. C’est l’histoire d’une mauvaise blague qui mène ses auteurs devant la justice. Pourtant, ils ont sincèrement regretté les propos tenus”, a-t-il indiqué à l’AFP avant de préciser qu’il allait faire appel de cette décision “dès demain”. Reste à savoir ce que décidera la justice marocaine concernant cette affaire qui a fait grand bruit sur les réseaux sociaux.

Source: Lire L’Article Complet