Brigitte Macron très agacée par ceux qui parlent en son nom

Trop, c’est trop. Brigitte Macron ne supporte plus ceux qui revendiquent être ses amis, font part de ses prétendus états d’âme ou rapportent des confidences qu’elle n’a jamais tenues. Mise au point.

Brigitte Macron croyait avoir tout lu, suffisamment entendu. Dans l’aile gauche de l’Elysée qu’elle occupe, elle s’étonne des propos qu’on lui prête, lève les yeux au ciel, soupire de la viralité de ses verbatims au mieux tronqués, au pire inventés. Brigitte intimidée par la grand-mère de son époux, Brigitte complice avec tel animateur, Brigitte inquiète pour la sécurité de son couple… La Première dame n’aime pas la censure. Elle n’apprécie pas davantage la fiction et ceux qui se poussent du col pour revendiquer une proximité avec elle. « Mes proches ne parlent jamais de moi », rappelle-t-elle régulièrement. Courtoise, elle l’est sans effort. Prudente, elle l’a appris à l’être.

Soucieuse de ne pas interférer avec l’action politique d’Emmanuel Macron dès le début du quinquennat, elle peut conseiller, faire remonter ce à quoi on la sensibilise au gré de ses rencontres, mais elle réfute le terme de « femme d’influence ». Candidate à des municipales en Alsace à la fin des années 80, elle connaît la difficulté des arbitrages et de la mise en place de certaines initiatives. A l’approche de la présidentielle de 2022, elle se méfie des boules puantes et des petites phrases, vraies ou fausses, qui reviennent à la figure.

« Lorsque Brigitte Macron souhaite communiquer, elle le fait directement ou via ses conseillers »

Intransigeante avec l’exploitation de son image et les clichés volés, la Première dame mesure également les vertus du silence, ou du moins de la parole sous contrôle. « Lorsque Brigitte Macron souhaite communiquer, elle le fait directement ou via ses conseillers », tranche son entourage. On l’a crue transgressive, en raison de son histoire d’amour peu ordinaire avec Emmanuel Macron. Elle n’aime pas la provocation.

Selon nos informations, face au déferlement de propos rapportés, elle s’amuse auprès des membres de son cabinet de tout le temps libre qu’il faudrait pour ces bavardages. Depuis la rentrée, son agenda s’est noirci. Elle veut être utile. Aux décrocheurs, aux enfants malades, aux personnes handicapées, au monde de la culture qui permet l’émancipation et l’évasion. Elle refuse plus d’interviews qu’elle n’en accorde. Après avoir été tentée par la création d’un compte Instagram, elle a préféré la réalité du terrain à la virtualité et ses dangers auxquels elle veut sensibiliser la jeunesse, ses petits-enfants notamment.

Brigitte Macron tient à jour un carnet d’observations auquel même le président n’a pas accès

Elle connaît les langues qui se délient facilement autour de son couple. Elle préfère faire couler l’encre. Ses observations et réflexions, Brigitte Macron les consigne dans un petit carnet qu’elle glisse le soir dans sa table de chevet. Même Emmanuel Macron n’y a pas accès ! La Première dame ne sait pas encore ce qu’elle en fera. La publication de ses pensées n’est pas un objectif. Ancienne prof de lettres, elle apprécie bien davantage le caractère cathartique de l’écriture. C’est son jardin secret, son refuge cadenassé. Les chiens aboient, les pages défilent…

Crédits photos : Jacques Witt/Pool/Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet