"Brigitte n'est pas une belle-fille, c'est une amie" : les confidences de Françoise Noguès, la mère d'Emmanuel Macron

Dans son livre Tant qu’on est tous les deux, la journaliste et romancière Gaël Tchakaloff se plonge dans l’intimité du couple présidentiel. Amie de Brigitte et d’Emmanuel Macron, elle s’est notemment entretenue avec Françoise Noguès, la mère du président de la République.

«Il y a certaines vérités que je veux rétablir, je m’exprime aujourd’hui une fois pour toutes. Ensuite, je ne prendrai plus jamais la parole», déclare Françoise Noguès à Gaël Tchakaloff dans son dernier livre, Tant qu’on est tous les deux (1). Si elle est rare, la prise de parole de la mère d’Emmanuel Macron compte parmi les nombreux témoignages qui construisent le livre de la romancière et journaliste, outre ceux de conseillers, de personnalités politiques,et du couple présidentiel lui-même : amie de ce dernier, et en particulier de Brigitte Macron (qu’elle tutoie dans le livre, alors qu’elle vouvoie le président, qui n’aurait pas approuvé la publication de l’ouvrage) Gaël Tchakaloff s’est plongée, pendant plusieurs années, dans son intimité.

En vidéo, « Brigitte Macron, un roman français », la bande-annonce

« N’oublie pas de mettre ton manteau »

Si Françoise Noguès décide de se livrer dans cet ouvrage, c’est pour montrer tout l’amour qu’elle porte à son fils, son «Manu». A qui elle continue à envoyer des messages, comme à un enfant : «Je la reconnais, tu portes la cravate que je t’ai offerte» ; «N’oublie pas de mettre ton manteau, il fait froid ce matin». Des petites attentions envers un homme très entouré, qui dirige aujourd’hui un pays tout entier. Françoise Noguès tient à le préciser : «C’est tellement dur ce qu’il vit, ce qu’il a enchaîné…»

Celle qui a divorcé de Jean-Michel Macron en 2010 mentionne notamment cette fois où le président de la République a attrapé le Covid. «Il m’a dit, “je suis fatigué“. Et ce mot “fatigué“, je ne l’avais jamais entendu dans sa bouche. Quand j’ai raccroché, je me suis mise à pleurer, j’étais effondrée».

Artiste ou écrivain, mais pas politicien

Dans la famille Macron, «la politique ne semble pas être une obsession familiale» écrit Gaël Tchakaloff. Mais, «rarement en désaccord» avec son fils, Françoise Noguès le défend quitte à créer des disputes avec les membres de sa famille. «Il m’arrive de me disputer avec lui (son ancien époux, Jean-Michel Macron, NDLR) quand il critique certains choix politiques de Manu».

Pourtant la mère d’Emmanuel Macron n’a appris que très tard que son fils briguait la plus hautes fonctions. «Moi, la politque, j’ai su un quart d’heure avant que Manu en faisait. Un jour il m’a dit « je t’appelle, je suis dans ma voiture, je vais annoncer que je suis candidat ». Je lui ai répondu, « mais comment tu vas faire, tu n’as pas de parti, pas d’argent ? ». Il a rétorqué, « maman, il y a une faille maintenant, c’est maintenant ou jamais ».» Une annonce qui a surpris cette mère de trois enfants, convaincue que son aîné avait un tempérment d’artiste et non d’homme politique. N’hésitant pas à rappeler qu’au piano, il «peut déchiffrer n’importe quelle partition, classique ou jazz». «J’étais persuadée qu’il allait devenir écrivain, musicien, je le voyais pianiste ou soliste. Je pense qu’il fera complètement autre chose ensuite.» Mais comme l’écrit Gaël Tchakaloff à propos de la politique : «Quand on y a goûté, on y revient».

Emmanuel et Brigitte Macron savourent la victoire à la présidentielle, sur l’esplanade du Louvre. (Paris, le 7 mai 2017.)

Sur le parvis de l’Élysée, le couple se tient prêt pour la passation de pouvoir avec François Hollande. (Paris, le 14 mai 2017.)

Escapade à vélo dans les rues du Touquet, avant d’aller voter pour le premier tour des élections législatives. (Le Touquet, le 10 juin 2017.)

Complice, le couple Macron sur le perron de sa maison du Touquet, en ce jour de vote. (Le Touquet, le 11 juin 2017.)

Brigitte, la confidente

Lorsqu’Emmanuel Macron tombe amoureux de Brigitte Trogneux, ce n’est pas la première fois que Françoise Noguès entend parler d’elle. Les deux femmes sont voisines à Amiens. «Brigitte habitait dans la rue qui se situait entre chez nous et chez mes parents. Je la connaissais et je l’admirais parce qu’elle avait été la prof de français d’Estelle, ma fille cadette, qui faisait également du théâtre. Je l’ai beaucoup vue.» Malgré la différence d’âge qui sépare le futur président de la République avec sa bien-aimée, Françoise Noguès sait qu’elle ne pourra pas aller contre la décision de son fils et accepte cette relation. «Je connais Manu, quand il a une idée en tête, elle ne le quitte pas… En 2000, je suis partie en vacances avec eux. Je me suis rapidement aperçue qu’il n’était pas grave, pas essentiel, que Manu n’ait pas d’enfants. Quand je vois son frère, Laurent, qui en a quatre, il est clair que Manu n’aurait pas pu avoir le même profil de famille, je ne pense pas que les enfants soient sa priorité.»

La mère d’Emmanuel Macron se rapproche du couple et notamment de Brigitte Macron. «Pour moi, Brigitte n’est pas une belle-fille. C’est une amie comme je n’en ai pas d’autres, on a les mêmes affinités, les mêmes priorités, on se dit tout.» En plus de l’amour qu’elles portent à Emmanuel Macron, toutes deux sont convaincues qu’il finira bel et bien par devenir écrivain. Comme l’a également confié Brigitte Macron à l’auteur : «Je n’aurais jamais pensé qu’Emmanuel ferait de la politique. Quand je l’ai rencontré, je croyais qu’il serait artiste, écrivain ou comédien, un comédien comme Gérard Philipe.» Deux visions, une même intuition.

(1) Tant qu’on est tous les deux de Gaël Tchakaloff, publié aux éditions Flammarion/Versilio. Sortie le 25 août 2021.

Source: Lire L’Article Complet