Britney Spears « soulagée » : cette bataille que son père ne gagnera pas

C’est une seconde victoire judiciaire pour Britney Spears. Accusée de coups et blessures sur son employée, la chanteuse n’est plus poursuivie par le procureur du comté de Ventura en Californie. Pourtant, son père avait fait part de son inquiétude lors de leur procès…

Elle ne sera pas condamnée par la justice. Depuis sa récente victoire, Britney Spears enchaîne les combats. Après la médiatisation de sa bataille judiciaire acharnée contre son père, la maman de 39 ans a fait l’objet d‘une nouvelle affaire. Accusée de coups et blessures sur sa femme de ménage, des poursuites avaient été lancées contre la super star, par le comté de Ventura, en Californie.

Mais jugées infondées, toutes les accusations ont été abandonnées par le procureur de la ville, Erik Nasarenko. Une source s’est confiée à Page Six, ce vendredi 3 septembre : « L’ensemble de l »incident » – si vous pouvez même l’appeler ainsi – a été démesuré. Cela n’aurait jamais dû être transformé en une grosse affaire, et les employés du bureau du procureur n’auraient pas dû perdre leur temps et leurs ressources à enquêter », a-t-elle déclaré au média américain. Prête à coopérer, la starlette des années 2000 était pourtant prête à prouver son innocence au tribunal.

Britney Spears accusée de maltraitante animale

L’affaire remonte au 16 août dernier. Accusée de maltraitante animale, l’actrice et chanteuse se serait emportée contre sa femme de ménage qui n’avait pas ramené l’un de ses animaux : « l’employée avait emmené chez le vétérinaire, l’un des chiens de l’artiste », explique Cnews. Durant cette violente dispute, la chanteuse aurait ensuite arraché « le téléphone portable des mains de sa femme de ménage ». Mais l’absence de preuves a suffi pour abandonner l’affaire : « la femme de ménage n’avait aucune blessure visible et que seul le protecteur d’écran de son téléphone avait été « endommagé » lors de la dispute avec Spears », a expliqué le procureur Erik Nasarenko, dans un communiqué ce mercredi 1er septembre. Il n’y avait pas « suffisamment de preuves » pour prouver qu’un crime avait été commis.

Soulagée, l’ex de Justin Timberlake peut enfin avancer et « laisser cela derrière elle » a confié son proche. Son avocat n’a pas hésité à saluer la décision du bureau du procureur : « Ce n’était rien de plus qu’un fourrage sensationnel pour tabloïds, fabriqué et exagéré », a déclaré Rosengart dans une déclaration à Page Six. C’est une double victoire pour la star qui remporte sa deuxième affaire. Le 27 juillet dernier, la chanteuse a gagné son premier combat en huit ans contre son père. Soutenue par le mouvement « Free Britney », l’interprète de Toxic l’affrontera une nouvelle fois au tribunal, le 29 septembre prochain.

Crédits photos : Backgrid USA / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet