Calogero, intime, se confie tendrement sur ses parents face à Nikos

Dans 50′ Inside, ce samedi 24 avril sur TF1, Calogero s’est confié au sujet de l’arrivée de ses parents en France mais aussi la relation, notamment professionnelle, qu’il a tissé avec son frère.

A propos de


  1. Nikos Aliagas


  2. Calogero

Calogero n’oublie pas d’où il vient. Dans le cadre de la promotion de son dernier album, Centre ville, sorti en décembre 2020 et déjà disque de platine, le chanteur de 49 ans a eu le droit au portrait de la semaine en cinq dates dans l’émission 50′ Inside sur TF1, ce samedi 24 avril. Son portrait s’est notamment arrêté sur 2018, date d’un concert à l’Olympia où l‘artiste a fait un clin d’œil émouvant à ses parents, avant d’entamer son titre Prendre racine. En revisionnant ces images, Calogero a raconté l’histoire de ses parents, désormais “fiers qu’on leur parle de leurs enfants”, mais qui sont avant tout des immigrés siciliens ayant fui la guerre avec l’espoir de se reconstruire dans la banlieue de Grenoble.

Face à Nikos Aliagas, Calogero a évoqué les raisons qui ont poussé ses parents à s’installer en France :“Ils sont venus dans un contexte difficile et avec une volonté de vouloir s’intégrer, d’avoir des jours meilleurs, d’avoir des enfants qui se tiennent à minimum à carreau”. L’artiste aux huit albums en solo, qui a précisé que ses parents “auraient bien aimé devenir français” mais “ont encore leur carte de séjour”, a évoqué également son enfance. Et plus particulièrement un souvenir avec son père : “J’étais un élève très dissipé. Je me cherchais un petit peu. Je m’étais mis à voler. J’avais volé la collection du groupe The Cure, tous les vinyles. Quand mon père a appris que j’avais volé, je l’avais déçu. Je me rappelle qu’il ne m’a pas parlé. Il était resté comme ça dans le salon, devant la télévision. Et il ne me regardait pas. À la suite de cet épisode, Calogero a eu un déclic. Une semaine après, je montais mon groupe, les Charts. Mon père m’a pardonné tout de suite. Il s’est dit ‘il veut faire un truc, je vais me battre pour lui’“, s’est-il souvenu dans 50′ Inside.

Des louanges adressées à son frère

Au cours de son portrait, l’une des dates, 2001, l’a invité également à se pencher sur la relation qui le lie avec son frère, Gioacchino. Ensemble, ils font de la musique depuis toujours. C’est avec lui qu’il a monté son premier groupe, les Charts, dans les années 80. Ensuite, c’est à ses côtés que Calogero a composé ses plus grands succès en solo, tels que En apesanteur ou encore Face à la mer. Dans 50′ Inside, le compagnon de Marie Bastide s’est montré dithyrambique au sujet de Gioacchino : “C’est mon frère mais ce n’est pas pour ça que je fais de la musique avec lui. C’est parce que je pense que c’est le meilleur mélodiste que je connaisse. […] Aujourd’hui, je continue de travailler avec mon frère parce qu’il est bon.”

Article écrit avec la collaboration de 6Médias.

Crédits photos : Bruno Bebert / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet