« Ce n’est pas à nous de faire la police » : le coup de gueule de Philippe Etchebest contre le pass sanitaire

Le pass sanitaire débarque pour de bon en France. En colère contre cette mesure, Philippe Etchebest a poussé un coup de gueule ce 16 juillet au micro d’Appoline de Malherbe sur RMC.

Philippe Etchebest

Il fallait s’y attendre. Alors que le variant Delta gagne de plus en plus de terrain en France, Emmanuel Macron a de nouveau décidé de serrer la vis. Dans une nouvelle allocution télévisée le 12 juillet, le chef de l’Etat a annoncé que la vaccination pour les soignants va être obligatoire. Le pass sanitaire va également être étendu à partir du 1er août pour les centres commerciaux, les restaurants, les bars et les lieux de loisirs et cultures rassemblant plus de 50 personnes. Depuis, l’heure est à la colère sur les réseaux sociaux. De nombreuses personnalités ont crié au complot, comme Mickaël Vendetta ou encore Kim Glow. Alors que le hashtag “dictature” a pris de l’ampleur sur Twitter, Emmanuel Macron a mis les choses au clair dans les colonnes du Parisien ce 16 juillet. Mais rien à faire, tout le monde est en colère face à ce pass sanitaire. Notamment les restaurateurs qui ont beaucoup souffert depuis le début de la crise sanitaire.

« On risque 45 000 euros d’amende et un an d’emprisonnement ! »

Au micro d’Apolline de Malherbe sur RMC ce vendredi 16 juillet, Philippe Etchebest a également partagé sa colère. Véritable porte-parole des restaurateurs depuis l’arrivée de la Covid-19 en France, le juré de Top Chef a estimé que lui et ses collègues n’ont pas “la capacité et la légitimité” de contrôler les clients qui souhaiteraient manger chez eux. “Vous vous rendez compte, un client un peu récalcitrant qui refuse de se faire sortir de l’établissement parce qu’il n’a pas le pass sanitaire, ça va finir en bagarre de saloon. On voit bien la réaction des gens parfois, ça peut être violent”, a rappelé Philippe Etchebest.

Selon lui, c’est à l’Etat de gérer ces contrôles et les sanctions qui pourraient en découler. “Ce n’est pas à nous de faire la police. En plus de ça, on risque 45 000 euros d’amende et un an d’emprisonnement ! On est traité comment là ? C’est pas possible, on ne peut pas mettre en place de telles mesures. On ne peut pas remplacer la police. Personnellement, je ne veux pas mettre mes managers ou mon hôtesse d’accueil en porte-à-faux vis-à-vis des clients”, s’est indigné le chef du Quatrième Mur. Un véritable cri du cœur.

Philippe Etchebest (chef étoilé): "On va devoir faire le travail de contrôle, dont on n'a pas la capacité. On ne peut pas remplacer la police." pic.twitter.com/4sYInVrg2G

Source: Lire L’Article Complet