Cédric Jubillar bientôt libre ? Cette date où tout peut basculer

Après deux demandes de remise en liberté rejetées, Cédric Jubillar va à nouveau se retrouver devant les juges. Lui et ses avocats espèrent contester la décision du jugé des libertés et obtenir la fin de sa détention.

Cédric Jubillar est resté en prison. La semaine dernière, le mercredi 1er septembre, une nouvelle fois la demande de remise en liberté déposée par ses avocats était rejetée par le juge des libertés. Déjà, en juin dernier, une première demande avait été écartée. Mais les avocats de le mari de Delphine Jubillar, mis en examen pour homicide volontaire de son épouse, n’en démordent pas et pointent le vide du dossier. Alors Cédric Jubillar sera-t-il bientôt libre ? Cette date pourrait tout faire basculer… Il s’agit du 14 septembre prochain, date à laquelle le peintre plaquiste de 33 ans se retrouvera de nouveau face aux juges, rapporte La Dépêche.

Il va y contester la décision du juge des libertés et de la détention qui a décidé son maintien, la semaine dernière. Cette demande rejetée le 2 septembre dernier, Me Jean-Baptiste Alary, l’un de ses avocats, la conteste vivement. “Nous prenons acte de la décision. La loi nous autorise à la contester, nous la contesterons”, avait-il fait savoir. L’époux de l’infirmière disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020, dans le Tarn, se retrouvera pour l’occasion dans la cour d’appel de la chambre d’instruction.

Un risque de trouble à l’ordre public

Des mois après, le mystère reste toujours entier quant à la disparition de Delphine Jubillar. Selon Cédric Jubillar, elle aurait quitté le domicile familial vers 23 h 00 pour promener les chiens. Les animaux seraient revenus seul Si les animaux seraient revenus seuls, elle, ne donnera plus signe de vie. S’il continue de clamer son innocence, les gendarmes, de leur côté, trouvent des incohérences dans son récit. Quant au refus de le remettre en liberté, le juge a souligné un risque de trouble à l’ordre public si Cédric Jubillar sortait de prison. Ajoutant aussi que cela pouvait permettre de “le protéger” lui et les indices de l’enquête.

Crédits photos : Facebook

Autour de

Source: Lire L’Article Complet