Cédric Jubillar : ce détail qui l'a rapproché de Marco en prison

Mardi 31 mai 2022, Touche pas à mon poste est revenu sur les déclarations de Marco, l’ex-codétenu de Cédric Jubillar. Les deux hommes se sont rapprochés en prison et ont commencé à échanger grâce à un élément fourni par le malfrat corse.

  • Delphine Jubillar

Depuis sa libération à la fin de l’année 2021, Marco est l’un des principaux témoins dans l’affaire Jubillar. Le malfrat d’origine Corse a été incarcéré avec Cédric Jubillar pendant quelques mois, à la maison d’arrêt de Seysses. Les deux hommes se sont confiés l’un à l’autre sur leurs parcours respectifs. Au fil des conversations, l’artisan aurait avoué avoir « vrillé » et tué sa femme, puis avoir abandonné son corps près d’une ferme brûlée. Lundi 30 mai 2022, Le Parisien a partagé la toute première interview publique de Marco, qui a accepté de revenir sur ses déclarations, ainsi que sur la confrontation qui a opposé les deux hommes 15 jours plus tôt. Mardi 31 mai, Touche pas à mon poste s’est replongé dans l’histoire et est revenu sur le fait que c’est autour d’un élément très précis que Cédric Jubillar et Marco se sont rapprochés en prison.

Retour en images sur toutes les dates clés de l’affaire Jubillar dans notre diaporama

« Cédric, ça lui fait du bien de fumer »

Le 18 juin 2021, Cédric Jubillar est mis en examen pour homicide sur conjoint et placé en détention provisoire. Il est suspecté d’avoir tué sa femme, Delphine Jubillar, disparue depuis le 15 décembre 2020. C’est lors de son incarcération qu’il fait la rencontre de Marco, incarcéré pour des faits « de menaces de crime sur des surveillants de prison« . Selon Gilles Verdez, « ils se sont connus trois mois, d’août à octobre 2021 en cellule. Ils ont commencé à dialoguer par la fenêtre« . Au cours de son interview donnée au Parisien, Marco insiste sur le fait qu’il n’a jamais poussé Cédric Jubillar à se confier. Les deux hommes ont lié un lien d’abord purement transactionnel. « Quand tout le monde est calme, je fais passer un peu de shit, à lui comme à d’autres. Je ne fume pas, mais je sais comment m’en procurer. J’ai beaucoup de relations en prison« , explique-t-il. Or, l’artisan est connu depuis le début de l’affaire pour son addiction au cannabis, substance pour laquelle il peut dépenser jusqu’à 400 euros par mois. « Cédric, ça lui fait du bien de fumer, il plane un peu, ça lui change des cachets qu’il prend à longueur de journée… Et, moi, je peux être tranquille et profiter du silence. Mais quand l’effet retombe et qu’il se met à cogiter, il se remet à parler. C’est comme ça, au petit matin, parfois vers 4 heures, qu’il se lâche à la fenêtre« , confie Marco. Ce serait donc par le biais de ce trafic illégal que le mari de l’infirmière disparue se serait senti suffisamment en confiance pour se livrer sur un potentiel crime qu’il aurait commis. Pour l’heure, Cédric Jubillar reste présumé innocent jusqu’à preuve du contraire par les autorités compétentes.

Source: Lire L’Article Complet