Cédric Jubillar en prison : pourquoi il pourrait sortir en 2022

Le 16 décembre prochain, cela fera un an que Delphine Jubillar a disparu. En détention provisoire depuis le 18 juin dernier pour le meurtre présumé de son épouse, Cédric Jubillar pourrait sortir en prison en 2022 comme l’indique L’Indépendant.

Depuis la disparition de Delphine Jubillar dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020, les regards se sont tournés vers son mari Cédric. Ce dernier a eu beau marteler son innocence, il a été mis en examen pour meurtre le 18 juin dernier et incarcéré à la prison de Seysses, en Haute-Garonne. Une maison d’arrêt dont il aimerait bien sortir, mais le 22 novembre dernier la justice a refusé sa nouvelle demande de remise en liberté. Pourtant, Cédric Jubillar pourrait bien sortir de prison en 2022 comme l’explique L’Indépendant ce mardi 7 décembre. Le journal local rappelle la loi selon laquelle la « durée initiale » du placement en détention provisoire pour un crime est d’un an. Par conséquent, Cédric Jubillar pourrait être libéré le 18 juin 2022.

« Après ce délai, la détention provisoire peut être prolongée tous les six mois après un débat contradictoire : débat où chaque partie est en mesure d’exposer son point de vue et de discuter des preuves, faits, arguments liés à l’affaire concernée devant le juge des libertés et de la détention (JLD) », résume le site service-public.fr. Lorsque les faits concernés sont punis par une peine de prison inférieure à vingt ans, la durée totale de la détention provisoire est alors limitée à deux ans. Elle est de trois ans si la peine est supérieure à vingt ans, précise L’Indépendant qui rappelle que des exceptions comme les crimes multiples, le trafic de stupéfiants ou le terrorisme peuvent faire grimper la durée totale de la détention provisoire à quatre ans. Ce dernier scénario a priori moins probable pourrait faire durer la détention provisoire de Cédric Jubillar jusqu’en 2025.

Il a « le même traitement que les terroristes », selon avocate

Le mari de Delphine Jubillar pourrait donc techniquement sortir de prison dès 2022. Une éventualité qui rassurerait son avocate Me Emmanuelle Franck qui avait dévoilé le 16 novembre dernier sur BFM TV les conditions de détention de Cédric Jubillar. Selon elle, il a « le même traitement que des terroristes, notamment [liés à] l’affaire du Bataclan ». « Enfermé 23 heures sur 24 dans une cellule de 9m² », l’homme accusé du meurtre de son épouse aurait, selon son avocate, le droit de sortir seulement une heure par jour dans « une cour cerclée de barbelés et qui fait 10 mètres² ».

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : Capture Facebook

Autour de

Source: Lire L’Article Complet