Cédric Jubillar : sa compagne Séverine a rencontré son ex-codétenu six fois en secret

Le Parisien relate, lundi 10 janvier 2022, comment Séverine L. et « Marco », l’ex-codétenu corse de Cédric Jubillar, se sont rencontrés lors de rendez-vous secrets. Au cours de ces entrevues, des informations clefs auraient été échangées.

  • Delphine Jubillar

Nouvelles informations dans l’affaire Jubillar. Un an s’est écoulé depuis la disparition de Delphine Jubillar dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. À ce stade de l’enquête, toujours aucune trace de l’infirmière, mais de nouvelles pistes se creusent chaque jour. Son mari Cédric est incarcéré depuis juin 2021 pour suspicion de « meurtre par conjoint ». Des éléments révélés par Le Parisien viennent donner un éclairage aux derniers rebondissements de l’affaire. Le quotidien dévoile qu’entre le 13 octobre et le 6 décembre 2021, Séverine L. aurait rencontré « Marco », l’ex-codétenu de Cédric, à six reprises. Deux de ces rencontres ont été surveillées par les gendarmes et toutes ont été rapportées en détail aux enquêteurs par Marco. Au cours de ces échanges, la compagne du mari aurait livré des informations sur la localisation du corps de Delphine et dévoilé un plan pour incriminer l’amant de l’infirmière disparue.

Marco veut faire éclater la vérité

Surnommé « Marco » en prison, l’ex-codétenu de Cédric Jubillar a ramené toutes ces informations aux enquêteurs dans le seul but selon lui de faire éclater la vérité. À l’appui de ses déclarations : des lettres, le numéro de téléphone de Séverine L. remis par son compagnon et le témoignage d’un autre prisonnier qui aurait été témoin de l’une des confessions du mari. Il confie aux gendarmes que lorsqu’il a rencontré Séverine L. à six reprises, c’était entre autre pour lui remettre les lettres renfermant des messages codés. Dans ces courriers, le mari de l’infirmière aurait demandé à sa compagne de solliciter Marco pour les aider. L’ancien détenu corse a sa théorie sur les manigances de Cédric Jubillar : « Je pense qu’il avait peur que le corps réapparaisse, il voudrait donner des instructions à sa compagne qui sait où se trouve le corps« . Au cours des rencontres avec Séverine L., Marco raconte que lorsqu’il lui a fait part des confessions sur la nuit de la disparition de Delphine, la nouvelle compagne n’a pas manifesté la moindre réaction. Il poursuit en révélant que la quadragénaire lui aurait confirmé qu’elle savait où était dissimulé le corps, mais qu’elle ne s’y est jamais rendue. Elle a même guidé l’ex-détenu corse jusqu’au domicile des Jubillar à Cagnac-les-Mines pour lui montrer un chemin jusqu’à un corps de ferme. Elle ne le mènera pas jusqu’au lieu supposé où le corps a été brûlé par peur d’être suivie par les enquêteurs. Par contre, elle aurait envoyé à Marco, via l’application Snapchat, les coordonnées GPS de la ferme pour qu’il puisse s’y rendre de lui-même.

« Ça se voit un corps qui a été déplacé ? »

Pendant l’une de leurs rencontres, Séverine L. aurait tenté d’enrôler Marco dans un plan machiavélique. Celui-ci consistait à incriminer l’amant de Delphine et sa femme pour le meurtre supposé de l’infirmière. Selon Le Parisien, elle aurait fourni au Corse les photos et les informations des concernés ainsi que des renseignements sur leurs lieux de travail. « Ils évoquent l’idée de déplacer le corps de Delphine près du domicile de ce couple à Montauban afin d’en faire des suspects. Et même de fouiller les poubelles de l’amant et sa compagne dans l’idée de récupérer des traces de leur ADN« , relate le quotidien. Marco fournit aux enquêteurs une vidéo prise en cachette dans laquelle on entend Séverine L. lui dire « Ça se voit un corps qui a été déplacé ? (…) Je ne sais pas comment tu vas retrouver ça, t’as les nerfs bien accrochés, con ? » Ce sont ces révélations qui vont conduire le 15 décembre les enquêteurs à placer la nouvelle compagne de Cédric Jubillar en garde à vue pour « recel de cadavre ». Au cours de ses interrogatoires, elle assure ne pas être au courant du meurtre et affirme que son compagnon lui aurait bien fait des confidences, mais sur le ton de la plaisanterie. Au sujet de ses propos sur un possible cadavre, elle déclare que « c’est pour lever le doute [qu’elle a] montré à Marco où se trouvait la ferme, pour qu’il aille vérifier s’il y a le corps de Delphine enterré« . La femme de 44 ans affirme aux enquêteurs : « Je suis bête et influençable. J’ai fait ça par amour, j’ai donné l’endroit où Cédric a pu enterrer Delphine. Cédric ne m’a jamais dit ouvertement qu’il l’a tuée« . À l’issue de sa garde à vue, Séverine L. a été relâchée sans charges. Si elle avait jusque là continué d’afficher un soutien sans faille à son compagnon, elle s’est finalement rétractée et a déclaré : « Je pense qu’il est coupable. Je pense qu’il l’a vraiment tuée en fait« . Des fouilles ont été menées à l’endroit où la ferme a brûlé et d’autres sont prévues dans les semaines à venir. Pour l’heure, Cédric Jubillar reste présumé innocent jusqu’à preuve du contraire par les autorités compétentes.

Source: Lire L’Article Complet