« C’est absolument inadmissible » : Guy Carlier dénonce le lynchage de Pierre Ménès

Il y a quelques semaines, Pierre Ménès se retrouvait au coeur de la polémique : il était accusé d’atteintes sexuelles par plusieurs collègues féminines. Guy Carlier est revenu sur l’affaire dans une interview accordée à Non Stop People, non pas pour le défendre, mais pour dénoncer le lynchage dont il est victime.

Pierre Ménès

Guy Carlier

Guy Carlier a perdu beaucoup de poids. Mais avant de travailler avec un nutritionniste pour y arriver, il pesait 251 kilos. Et il a dû faire face à de nombreuses critiques grossophobes. Critiques sur lesquelles il est revenue dans une interview accordée à Non Stop People, dans l’émission Good Morning Week-End. “Il y a eu une succession d’humiliations”, a-t-il confié, avant d’ajouter : “Il y a des discriminations “nobles”, c’est-à-dire que c’est politiquement incorrect, mais les ”gros”, on a le droit.” Et pour étayer ses propos, il a fait un parallèle avec Pierre Ménès.

Dernièrement, le consultant du Canal Football Club s’est retrouvé au coeur de la polémique. Après la diffusion du documentaire Je ne suis pas une salope, je suis journaliste, de Marie Portolano, sur le sexisme dans le milieu du journalisme sportif, le comportement du chroniqueur a été dénoncé par plusieurs de ses collègues féminines. Marie Portolano la première, à qui il aurait soulevé la jupe sur un plateau télé, mais aussi Isabelle Moreau et Francesca Antonietti, embrassées de force par le journaliste. Et les critiques contre Pierre Ménès se sont multipliées sur les réseaux sociaux.

“Ce qui se passe est absolument inadmissible”

“Ce qui se passe actuellement avec Pierre Ménès est absolument inadmissible”, a déclaré Guy Carlier, précisant qu’il ne voulait pas “porter un jugement” sur les faits mais sur les conséquences de la polémique. “Ce qui est inadmissible, c’est qu’au nom d’un jugement sur ça, on le lynche sur son poids. Vous lisez les commentaires, dès qu’il y a une info qui sort sur Ménès sur cette histoire de documentaire de Canal, c’est scandaleux. Imaginez que Pierre Ménès soit gay ou noir, vous n’assisteriez pas au même déferlement. On vous traiterait de raciste ou d’homophobe. Mais bien entendu, on peut y aller sur les gros.”

Source: Lire L’Article Complet