« C’est très tendu » : les dessous de la rivalité entre les Edouard Philippe et François Bayrou

Selon Le Parisien, rien ne va plus entre Edouard Philippe et François Bayrou. Divisés, les anciens alliés de la macronie ne se parlent plus. Entre eux, « C’est très tendu », révèlent nos confrères dans un article en kiosque, ce vendredi 24 septembre.

Ils ne se parlent plus. Depuis son départ de Matignon, Édouard Philippe n’est plus en contact avec François Bayrou, avancent nos confrères du journal Le Parisien, paru en kiosque ce vendredi 24 septembre. « Pas d’appel, ni le moindre message », assure l’hebdomadaire. Des propos confirmés par les proches des deux hommes politiques, en froid depuis le départ de l’ancien Premier ministre : « On pensait que le départ d’Édouard aurait permis d’arrondir quelques angles…Ça ne s’est pas réchauffé. c’est même très tendu », révèle un conseiller d’Emmanuel Macron.

Leur mésentente s’est creusée l’année précédente, ils sont même décrits comme « deux squales qui ne s’apprécient pas », révèle un conseiller d’Emmanuel Macron. La raison véritable de leur rivalité ? Deux projets radicalement opposés, pour cette rentrée 2021. François Bayrou, patron du Modem, aspire à fonder un « ‘grand mouvement démocrate’, qui réunirait LREM et le MoDem », expliquent nos confrères du journal Le Parisien.

Deux projets radicalement opposés

Mais Édouard Philippe aspire à d’autres plans : « le 9 octobre, dans sa ville, tous ses soutiens se retrouveront pour le lancement de son mouvement politique ». Pour François Bayrou, il n’y a plus de doutes, Édouard Philippe se prépare à une présidentielle future: « Ça me fait sourire, on n’est pas des naïfs. On voit bien que tout cela n’est motivé que par un seul projet, une seule ambition : préparer sa propre candidature en 2027 », aurait-il assuré en petit comité, selon nos confrères de journal Le Parisien. Mais leur rivalité ne date pas d’hier : « Vous faites deux erreurs. D’abord, il n’a pas votre ligne. Ensuite, vous en ferez un rival, aurait juré le Centriste à Emmanuel Macron en 2017, avant qu’il ne nomme officiellement son premier ministre.

Crédits photos : DOMINIQUE JACOVIDES / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet