Christophe Castaner en difficulté pour les régionales ? Il a eu "beaucoup" de refus d'alliance

Invité sur France Inter dans l’émission de Léa Salamé, le lundi 3 mai 2021, Christophe Castaner s’est confié sur les nombreux refus d’alliance qu’a essuyés son parti LREM à quelques semaines des élections régionales.

  • Emmanuel Macron
  • Christophe Castaner
  • Léa Salamé

Avant les prochaines élections présidentielles qui se tiendront en 2022, les élus doivent se démarquer lors des élections régionales, qui se tiendront les 20 et 27 juin 2021. Une étape qui s’annonce plus compliquée que prévu pour le parti politique La République en marche, et pour cause. Invité au micro de Léa Salamé sur France Inter, le lundi 3 mai 2021, Christophe Castaner est revenu les refus qu’a essuyés son parti en voulant s’allier à plusieurs régions, notamment de la part d’élus du groupe Les Républicains.

Le président du groupe LREM à l’Assemblée nationale a commencé par expliquer : “Je souhaite que dans certaines régions, où nous pouvons travailler ensemble, nous puissions avancer, mais beaucoup l’ont refusé“. L’ancien ministre de l’Intérieur a ainsi expliqué que la socialiste Marie-Guite Dufay “la présidente de Bourgogne-Franche-Comté” ou encore le Républicain Jean Rottner “le président sortant du Grand Est” ont décliné son invitation. Pour autant, l’homme politique de 55 ans ne baisse pas les bras : Je pense qu’on aurait pu parfaitement travailler avec eux et je continue à penser qu’on peut travailler avec eux”.

“Je viens de la gauche, je reste de gauche”

“Je préfère toujours un travail en amont, clair, passé devant les électeurs plutôt qu’un deal d’un de premier tour. J’en ai connu, j’en ai fait, ça ne prend que deux heures et généralement ça ne se traduit qu’en nombre de places et pas forcément en projet politique”, a poursuivi celui qui a fait barrage au Front national en se retirant le soir du premier tour des régionales de 2016. Toujours selon le député des Hautes-Alpes, cette alliance pourrait rallier le maximum de Français.

Quant à l’alliance entre le président sortant Les Républicains de la région PACA, Renaud Muselier et la liste La République en Marche, il a ajouté : “Je viens de la gauche, je reste de gauche et je l’assume parfaitement”. Avant de poursuivre : “En revanche, je sais qu’en région Paca, je n’aurai pas, non pas moi personnellement, mais le mouvement politique que je représente, de difficulté à travailler avec Renaud Muselier”.

Source: Lire L’Article Complet