« Contentez-vous de faire des gâteaux »: Meghan Markle rabrouée après sa 1ere grossesse

On l’a accusée d’être « la Yoko Ono » de la famille royale d’Angleterre. Dans une nouvelle édition de Meghan : A Hollywood Princess, le biographe Andrew Morton prend position pour Meghan Markle que les collaborateurs d’Elizabeth II auraient découragée sans ménagement…

Responsable, mais pas coupable du Megxit? Accusée d’avoir semé la discorde au sein de la famille royale, Meghan Markle aurait peut-être tout simplement poussée à bout. Cela a toujours été sa ligne et celle du prince Harry, la raison de leur grand déballage devant Oprah Winfrey en mars dernier. Dans une nouvelle édition de sa biographie Meghan : A Hollywood Princess, Andrew Morton, journaliste confesseur de Diana en 1992, soutient et illustre la thèse. Si l’on sait désormais que le prince William, méfiant vis-à-vis de son envahissante belle-soeur, fut à l’origine du départ des Sussex de la Royal Foundation dès le printemps 2019, on découvre, comme le rapporte The Mirror, combien les hommes en gris de Buckingham auront fini le sale boulot.

Andrew Morton s’attarde sur l’automne 2019 précédant l’exil de Meghan et Harry. Après un voyage officiel en Afrique du Sud, en compagnie de leur petit Archie, tout juste âgé de 5 mois, le duc et la duchesse reviennent au Royaume-Uni à contre-coeur. Malgré les rumeurs de tensions avec les Windsor qui bruissaient déjà à l’époque, leur séjour avait débuté comme un sans-faute. Il s’est clôturé avec une séquence désastreuse. Devant les caméras d’ITV, Harry a confirmé qu’il empruntait un autre destin que son frère aîné ; Meghan, elle, s’est plaint du manque d’égards de l’institution monarchique, alors qu’elle est altesse royale et toute jeune maman. Le couple annonce qu’il va faire un break de 6 semaines en Amérique du Nord. « Comme pour beaucoup, ce fut un soulagement pour William », relate Andrew Morton.

L’estocade finale pour Meghan Markle : « Désactivez votre cerveau »

Le biographe rapporte ces mots d’un collaborateur de la Couronne à sa collègue Victoria Ward, chroniqueuse royale du Telegraph : « Nous n’avions de cesse de dire à la duchesse que son congé maternité n’en était vraiment pas un et qu’il fallait qu’elle ralentisse le rythme. » Litote pour masquer l’agacement de la monarchie devant Meghan et son appétence pour la médiatisation de ses moindres faits et gestes. Selon Andrew Morton, un autre serviteur d’Elizabeth II aurait été beaucoup plus direct avec l’épouse d’Harry : « Désactivez votre cerveau. Profitez de Thanksgiving. Contentez-vous de faire des gâteaux. » Le parpaing sur la tarte à la citrouille. Après avoir profité d’une luxueuse retraite au Canada, les Sussex regagneront brièvement l’Angleterre début 2020. Pour annoncer qu’ils se retirent de la famille royale et négocier un Megxit dont la famille royale paie encore les conséquences…

Crédits photos : Backgrid USA / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet