Corinna Larsen, l’ex-maîtresse de Juan Carlos dénonce les menaces des services secrets

Selon The Guardian, et face au tribunal de Madrid ce vendredi 15 janvier, Corinna Larsen a révélé avoir été menacée par les services secrets espagnols à la suite de sa relation avec l’ex-roi Juan Carlos.

A propos de

  1. Juan Carlos d’Espagne

  2. Corinna Larsen

En intentant un procès en diffamation à l’encontre de l’ancien policier José Manuel Villarejo, ce dernier l’ayant accusé d’avoir menacé la vie de Corinna Larsen, Sanz Roldán ne s’attendait certainement pas à voir l’ex-maîtresse de Juan Carlos prendre la parole. Pourtant, lors d’une audience qui s’est déroulée dans la matinée de ce vendredi 15 janvier au tribunal de Madrid – comme le rapporte le journal britannique The Guardian – c’est bien cette dernière qui s’est exprimée. Face à la justice, elle a révélé que l’ancien chef des services de renseignement (poste que Sanz Roldán a occupé de 2009 à 2019) l’avait menacée de mort à la suite de sa relation avec le roi émérite, en 2012. Un moment “effrayant.”

D’après Corinna Larsen, qui a témoigné en visioconférence depuis le tribunal de Westminster à Londres, le général l’aurait retrouvée en Grande-Bretagne, et plus particulièrement au luxueux hôtel londonien The Connaught, suivant les instructions de Juan Carlos. Lors de cette rencontre, Sanz Roldán lui aurait glissé quelques directives. “Il a dit que si je ne les suivais pas, il ne pouvait pas garantir ma sécurité physique ou la sécurité physique de mes enfants, s’est-elle souvenue. Il ne lui en fallait cependant pas plus pour sentir la terreur l’envahir. “Le fait que le chef des services de renseignement espagnols se soit rendu à Londres pour me rencontrer était en soi effrayant.”

Des allusions à Lady Diana

Les pressions ne se sont pas arrêtées là. Fraîchement célibataire après avoir appris que l’ex-souverain ne lui était pas fidèle, Corinna Larsen aurait ensuite rejoint son domicile de Villars-sur-Ollon, en Suisse. Là où, sur sa table basse, l’attendait un exemplaire d’un livre sur la mort de Lady Diana. Au lendemain de son retour, elle aurait reçu un appel téléphonique glaçant. À l’autre bout du fil, un interlocuteur qui, en espagnol, lui murmurait une menace en demi-teinte, affirmant qu’il y aurait “de nombreux tunnels entre Monaco et Nice.” Comment ne pas penser à Lady Diana, morte à la suite d’un accident mortel sous le pont de l’Alma à Paris, le 31 août 1997 ? Trois ans plus tard, l’ancienne amante de Juan Carlos évoquait ces menaces à José Manuel Villarejo qui, en 2017, se faisait l’écho de ses allégations lors d’un entretien télévisé. De son côté, et comme le relate The Guardian, Sanz Roldán nie tout en bloc.

En possession de documents accablants

Dans l’attente d’un procès pour extorsion, blanchiment d’argent ou encore corruption, il pourrait encourir jusqu’à deux ans d’emprisonnement s’il est reconnu coupable dans son procès en diffamation ainsi que pour une autre accusation de dépôt de fausse plainte. Mais quelle aurait été la raison d’une telle intimidation ? Corinna Larsen estime qu’elle a été prise pour cible car elle était en possession d’“informations et de documents concernant les transactions financières et commerciales du roi émérite et d’autres membres de la maison royale.”

Poussé à l’exil au mois d’août 2020, Juan Carlos Ier avait été prêt à tout pour celle qui a été sa “tendre amie”, lui reversant ainsi la somme de 76 millions de dollars en 2012. Montant qui a, depuis, attiré l’attention de la justice suisse. Et ce n’est pas la première fois que Corinna Larsen accuse le père du roi Felipe VI, déjà ciblé pour corruption et fraude fiscale, de tels actes. En mars 2020, elle avait elle-même déposé plainte pour “menaces et harcèlement”, leur amour ainsi que leur amitié définitivement oubliés.

Crédits photos : ITAR TASS / BESTIMAGE

Source: Lire L’Article Complet