Covid-19 : Emmanuel Macron sans pitié pour les soignants non-vaccinés

Interrogé sur l’éventuelle réintégration des soignants non vaccinés contre le Covid-19, en marge de son déplacement à l’hôpital de Cherbourg mercredi 1er juin 2022, Emmanuel Macron s’est montré catégorique à ce sujet, selon les propos rapportés par Gala.

  • Emmanuel Macron

Plutôt discret dans les médias depuis qu’il a été réélu président de la République pour les cinq prochaines années le dimanche 24 avril 2022 face à Marine Le Pen, Emmanuel Macron était en déplacement du côté de l’hôpital de Cherbourg mercredi 1er juin 2022. Alors que plusieurs services d’urgence sont contraints de fermer temporairement faute de personnel soignant pour accueillir les patients, le chef de l’État fut interrogé sur l’éventuelle réintégration des soignants non vaccinés contre le Covid-19. « Je crois qu’il ne faut pas confondre tous les sujets et en toute honnêteté la réintégration des soignants non vaccinés n’est absolument pas une réponse au problème que nous posons aujourd’hui« , a déclaré Emmanuel Macron, selon des propos rapportés par Gala.

Le compagnon de Brigitte Macron a également tenu à préciser que ces fameux soignants non vaccinés contre le coronavirus représentent une « infinie minorité« . « Plus de 95% des soignants et des administratifs se sont vaccinés parce qu’ils considèrent que c’était leur devoir et leur responsabilité« , a ajouté le président de la République. Pour justifier sa décision de ne pas encore réintégrer le personnel soignant ayant refusé le vaccin contre le Covid-19, Emmanuel Macron a indiqué attendre que « le Conseil scientifique indique qu’on est rentré dans une phase endémique qui permet sans difficulté ce retour« .

Emmanuel Macron : « Utilisons les armes que nous avons ! »

« Plus largement, je veux que dans notre pays, on aille au bout de cette logique par la pédagogie de la conviction du rapport à la vaccination chez les soignants« , a également expliqué le chef de l’État, tout en précisant que « chaque année, on a aussi trop peu de vaccinés contre la grippe« . Emmanuel Macron a finalement conclu sa prise de parole en soulignant le fait que pour « améliorer et réduire la charge sur le système de soins, il y a deux réponses : la prévention et la vaccination. Utilisons les armes que nous avons !« .

Source: Lire L’Article Complet