David Pujadas fait-il "des ménages" contre de grosses sommes d'argent ? Le journaliste répond fermement

C’est un David Pujadas agacé qui a réagi le jeudi 4 mars sur Twitter. En effet, suite à un article publié par le magazine Capital, le présentateur a souhaité clarifier la situation. L’occasion pour l’animateur de se défendre mais aussi de donner des précisions au sujet de son statut de journaliste.

Les points sur les I et les barres sur les T. Le jeudi 4 mars, David Pujadas a souhaité faire une mise au point, suite à certaines accusations de la part du magazine Capital qui a publié il y a quelques jours, une enquête choc. En effet, un article révélait les tarifs exigés par le groupe TF1 lorsque celui-ci s’offrait les prestations de personnalités de la télévision lors d’un événement. Appelé “ménage” dans le vocabulaire médiatique, cette prestation rapporterait à chaque fois, une coquette somme au groupe de la première chaîne et aux célébrités. Selon le magazine, certaines prestations seraient facturées jusqu’à 20 000€ bruts par jour. De cette somme, le groupe TF1 récupèrerait entre 10 et 15% de commission. Rien que ça ! Et dans le viseur du magazine, Jacques Legros, Harry Roselmack mais aussi David Pujadas, qui n’a clairement pas apprécié d’avoir été cité dans l’article de Capital.

Une mise au point factuelle

Alors le présentateur a souhaité mettre les choses au clair une bonne fois pour toutes. Sur Twitter, le journaliste a publié un long tweet où il partage son agacement : “Mise au point: en 20 ans de présentation je n’ai jamais fait de ‘ménages’ ou de ‘prestations'”, précise-t-il. Il est important de souligner que “les ménages” ne sont pas illégaux. Néanmoins, un problème déontologique peut se poser : en effet, dans le métier de journaliste, il est impératif de ne pas confondre les missions d’un professionnel de l’information et celles “d’un publicitaire ou d’un propagandiste”, explique Capital. David Pujadas, apparemment affecté par cet article a rappelé un fait important : “Fierté de travailler pour le groupe TF1, mais je n’en suis pas le salarié. Donc surpris de figurer sur la plaquette ‘TF1 Factory’ dont j’ignorais l’existence avant le papier de Capital”, insiste-t-il sur Twitter. Voilà qui est dit.

Mise au point: en 20 ans de présentation je n’ai jamais fait de «ménages» ou de «prestations». Fierté de travailler pour le groupe TF1, mais je n’en suis pas le salarié. Donc surpris de figurer sur la plaquette «TF1 Factory» dont j’ignorais l’existence avant le papier de Capital.

Source: Lire L’Article Complet