Delphine Jubillar: pourquoi son mari, Cédric, a engagé trois avocats pour le défendre

Dans une interview, Me Jean-Baptiste Alary, avocat de Cédric Jubillar, s’en prend au procureur et explique pourquoi il a demandé à d’autres confrères de se joindre à lui pour assurer la défense de leur client.

  • Delphine Jubillar

Alors que les recherches se poursuivent inlassablement pour retrouver Delphine Jubillar, disparue depuis décembre dernier, l’avocat du principal suspect, détenu en prison, son mari Cédric Jubillar, estime que les dés sont pipés et que tout est fait pour accuser son client. Dans une interview accordée le 23 juillet à Actu Toulouse, il dénonce les conditions de l’enquête et la pression qu’il subit. Dès le début de l’affaire, son principal avocat dénonce un dossier vide, et estime que l’enquête est menée à charge. Ainsi, explique-t-il notamment, la manière dont le témoignage du fils du couple a été recueilli relève de l’instrumentalisation.« Lors de sa première audition, le 16 décembre 2020, le garçon a été entendu par les gendarmes et a répondu que la veille au soir, tout allait très bien et que ses parents ne s’étaient pas disputés… Il s’agit d’une instrumentalisation de son témoignage. Il faut être responsable et laisser cet enfant à sa place : il ne peut pas être l’accusateur de son père », affirme Maître Alary. Il estime en outre que toutes les pistes n’ont pas été creusées. En outre, il accuse le procureur et la section de recherches de Toulouse de « violer le secret de l’instruction et d’organiser les fuites » autour d’informations sur la vie privée de son client.

Soulager la pression médiatique

De quoi, estime-t-il, rendre plus difficile encore la défense de son client. Ainsi, à la question posée sur le fait de savoir qui – de lui-même ou Cédric Jubillar – a exprimé le souhait à ce que deux autres avocats assurent sa défense, Maître Alary répond: « C’est le mien. Il fallait à un moment donné que je puisse soulager la pression médiatique qui pesait sur mes épaules, mais aussi qu’il y ait plusieurs lectures du dossier, pour confronter mon regard aux autres, et pour éviter de me tromper, ou d’analyser de mauvaise manière une pièce ou un témoignage. » Et d’ajouter que Cédric Jubillar est, à ses yeux, le coupable idéal.« Je suis un défenseur de toutes les libertés, et je suis choqué qu’on ait mis en examen puis ordonné l’incarcération d’un homme sans une once de preuve, sur la base d’indices qui ne sont ni graves, ni concordants, mais fabriqués de toute pièce. » Dans les prochaines semaines, l’avocat indique vouloir déposer une nouvelle demande de remise en liberté de Cédric Jubillar.

A lire aussi: Cédric Jubillar : cette question à laquelle son avocat refuse catégoriquement de répondre

Source: Lire L’Article Complet