« Des bons d’achat de 100 euros pour se faire vacciner » : Philippe Juvin surprend chez Léa Salamé

La situation sanitaire en France pourrait à nouveau se dégrader avec la propagation du variant Delta et la stagnation de la vaccination. Aux Etats-Unis, le gouvernement incite les jeunes à se faire vacciner contre de l’argent. La méthode pourrait-elle aussi fonctionner dans l’Hexagone ?

Le casse-tête de la vaccination semble terminé : il reste des doses, des rendez-vous, mais presque plus personne pour se faire vacciner. L’administration des premières doses de vaccin contre le Covid-19 stagne. Faut-il, comme aux Etats-Unis, faire une offre vaccinale : un vaccin reçu pour un billet donné ? Au micro de Léa Salamé sur France Inter ce mercredi 7 juillet, le maire Les Républicains de la Garennes-Colombes, Philippe Juvin, surprend. “Peut-être faut-il donner des incitations ? Peut-être qu’il faut donner des bons d’achat de 50 euros, de 100 euros, c’est une manière de s’en sortir et ça marche aux Etats-Unis.”

Pourtant, ce chef des urgences de l’hôpital Georges-Pompidou l’avoue “j’étais complètement opposé à ça il y a quelques mois, et puis finalement, je me dis que ça marche.” La raison ? Les jeunes sont particulièrement sensibles au virus, et ces incitations influeraient à se faire vacciner. “On donne des bons d’achat de 50 euros aux jeunes, les 12-17 ans. Parce que je vous rappelle que les 12-17 ans (…) ont un fort réservoir de virus, il faut vraiment qu’ils se fassent vacciner.” Le médecin le rappelle, en Grande-Bretagne, ce sont bien les jeunes, entre 12 et 30 ans qui sont les plus touchés par le nouveau variant “Delta” du coronavirus. Cette méthode pourrait-elle être appliquée en France ? Cela demanderait un déblocage de fond.

Une méthode pour lutter contre un possible reconfinement ?

Les Etats-Unis, qui proposent cette méthode d’incitation, étaient jusqu’ici fortement touchés par l’épidémie. Depuis quelques semaines, le pays voit son nombre de cas diminuer pour atteindre les 4000 cas positifs par jour. En France, la situation est bien différente, la propagation du virus augmente à nouveau. Ce dimanche 4 juillet, Olivier Véran a fait part de ses inquiétudes sur Twitter : “L’exemple anglais montre qu’une vague est possible dès la fin juillet.” Une nouvelle vague qui pourrait induire un reconfinement. Cela laisse envisager le gouvernement à d’autres moyens pour inciter à la vaccination.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : ALAIN GUIZARD / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet