Dîners clandestins : Gérald Darmanin charge Pierre-Jean Chalençon et condamne « les rumeurs »

Pris par les caméras de M6 en train d’organiser des soirées clandestines, Pierre-Jean Chalençon a assuré recevoir des ministres, avant de se rétracter et de plaider “l’humour”. Une défense qui a trouvé l’oreille attentive de Gérald Darmanin, convaincu que le collectionneur a menti.

Gérald Darmanin

Pierre-Jean Chalençon

C’est un reportage qui pourrait se transformer en affaire d’Etat. Vendredi 2 avril, M6 diffuse des images d’une enquête montrant que des fêtes clandestines sont organisées en plein Paris. Si c’est illégal, ce n’est malheureusement pas une surprise. Sauf que l’affaire prend une toute autre tournure lorsque l’organisateur assure recevoir des ministres lors de ces fêtes privées. Pierre-Jean Chalençon a vite été reconnu en tant qu’organisateur anonyme, et après avoir nié une première fois, il a plaidé “l’humour” pour expliquer sa phrase sur la présence de ministres à ses sauteries. Ce à quoi M6 a répondu en dévoilant un nouvel extrait, où le passionné de Napoléon s’exprime sur un ton qui “semble loin de l’humour”, comme le souligne la présentatrice de M6 Kareen Guiock. “C’est bon, ça va ! Ça fait 15 mois qu’ils nous emmerdent, qu’on ne peut plus rien faire. Moi, je n’ai pas eu 1 euro d’aide. Je fais ce que je veux, je suis encore en France, je suis encore un citoyen normal. Faut qu’on arrête ! C’est quoi ce délire ? Ils sont malades, les mecs“, peut-on l’entendre dire.

“Ce monsieur a menti”

Depuis, chaque membre du gouvernement est invité à s’exprimer sur le sujet, et tous nient avoir participé à un tel événement. Marlène Schiappa a quant à elle assuré que Gabriel Attal avait bien été invité, mais avait décliné… Invité du rendez-vous politique d’Europe 1, Gérald Darmanin a réagi à son tour à l’affaire qui agite depuis plusieurs jours les réseaux sociaux. Le ministre de l’Intérieur semble s’arrêter sur la thèse de la mauvaise blague, défendue par Pierre-Jean Chalençon. “La rumeur est dure pour notre démocratie”, a souligné Gérald Darmanin.

Le ministre de l’Intérieur déplore alors que “le soupçon [permette] de condamner des gens et non pas la vérité”, en réponse à l’agitation sur Twitter. “Je constate sur les réseaux sociaux une continuité [à la rumeur, NDLR] alors que monsieur Chalençon continue à dire que ceci était de la blague et que, finalement, il avait menti pour se faire une fausse publicité qui peut lui coûter cher. L’enquête ouverte pourrait aider à déterminer ce qui tient de la rumeur, de la blague, ou de la vérité.

Source: Lire L’Article Complet