Elizabeth II soulagée : son cousin condamné pour agression sexuelle est sorti de prison

Le verdict est tombé ce jeudi 5 août. Alors qu’il était condamné à dix mois de prison pour agression sexuelle et tentative de viol, Simon Bowes-Lyon a été libéré de prison comme le rapporte le Daily Mail.

Les juges ont pris leur décision. Après avoir été accusé d’agression sexuelle et tentative de viol, en février 2020, Simon Bowes Lyon est sorti de prison. Le jeune homme de 35 ans aurait été libéré du HMP Perth, ce jeudi 5 août, comme l’annoncent nos confrères du Daily Mail. Si le jeune homme est aujourd’hui libre, il est néanmoins inscrit au registre des délinquants sexuels.

Les faits s’étaient déroulés dans le château de Glamis, en Écosse. Alors que les festivités battaient leur plein, Simon Bowes-Lyon faisait irruption dans la chambre d’une de ses convives vers 1h30. Ivre au moment des faits, le playboy de 35 ans a commencé à toucher la jeune femme. Après l’avoir violemment poussée sur le lit, le fils de Michael Bowes-Lyon avait tenté de lui remonter sa chemise de nuit, tout en essayant de l’embrasser et de la toucher. À l’époque, la jeune femme de 24 ans avait réussi à repousser son agresseur jusqu’à ce qu’il quitte sa chambre et avait envoyé des SMS et des appels à l’aide aux autres invités.

À la suite de cette agression, la victime était “bouleversée”, “effrayée” et “tremblante”, comme le rapportaient les juges. Convoqué au tribunal en janvier, le petit-cousin d’Elizabeth II a présenté ses excuses à la victime ajoutant qu’il avait “grandement honte” de sa conduite. “Je reconnais, en tout état de cause, que l’alcool n’est pas une excuse pour mon comportement. Je ne pensais pas être capable de me comporter comme je l’ai fait, mais je dois (…) prendre mes responsabilités”, a-t-il fait savoir au tribunal. Ne niant pas les faits à la barre de la Cour de Dundee-Crown, située dans le nord-est du pays, l’accusé avait été condamné à dix mois de prison pour agression sexuelle et tentative de viol.

Scandales à répétition au palais de Buckingham

Ce n’est pas la première fois que Sa Majesté doit faire face un scandale sexuel chez les Windsor. En juillet 2019, alors que le monde entier avait les yeux rivés sur l’arrestation et le suicide du milliardaire américain Jeffrey Epstein accusé d’actes pédophiles et de prostitution sur mineures, le prince Andrew rencontrait également quelques problèmes avec la justice. Le fils préféré de la reine Elizabeth II était accusé d’avoir commis des viols sur mineurs. Des soupçons de pédophilie qui n’ont pas tardé à faire couleur de l’encre dans les tabloïds britanniques. Et pour cause, le duc d’York aurait eu des gestes déplacés à l’égard de Virginia Roberts, âgée de 17 ans lors des faits, comme le déclare Steve Scully dans la mine-série Jeffrey Epstein : pouvoir, argent et perversion diffusée sur Netflix. “Le prince Andrew a attrapé les fesses de Virginia Roberts (17 ans à l’époque des faits et qui accuse de viol le duc d’York) qui avait les seins nus et il l’a planquée contre lui. Ils se sont embrassés et ont commencé des préliminaires. Cette scène s’est déroulée sur l’île privée du pédophile Jeffrey Epstein dans les Caraïbes.”

Face à de telles accusations, l’ex-mari de Sarah Ferguson avait accordé un entretien exclusif à la BBC pour donner sa vérité. “Je n’ai aucun souvenir d’avoir déjà rencontré cette femme, absolument pas”, avait déclaré le deuxième fils de la reine d’Angleterre Elizabeth. En 2015, une femme affirmait avoir été “forcée d’avoir des relations sexuelles” avec le fils de la reine Elizabeth alors que le milliardaire la retenait chez lui. À côté de tels faits, le prince Harry se présenterait comme un Saint malgré ses révélations explosives sur les Windsor.

Crédits photos : AGENCE / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet