« Elle me cache des choses » : quand Cédric Jubillar soupçonnait Delphine d’avoir un amant

Placé en isolement depuis son incarcération, Cédric Jubillar clame son innocence. Mis en examen pour le meurtre de son épouse, l’artisan de 33 ans la soupçonnait d’avoir un amant. Selon un article publié dans Le Parisien ce mardi 24 août, il aurait affirmé : “Elle me cache des choses”.

Le doute plane encore autour de cette affaire non résolue. Disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre, à Cagnac-les-Mines, Delphine Jubillar de 33 ans est toujours introuvable. Maman de deux enfants et infirmière de profession, elle n’est jamais rentrée chez elle. Soupçonné de l’avoir assassiné, son compagnon Cédric Jubillar nie en bloc. Placé en isolement et mis en examen depuis le 18 juin, l’époux clame toujours son innocence. Pourtant, des indices graves et concordants pèsent contre lui.

Questionné sur l’éventuelle relation “extraconjugale de son épouse”, dès le lendemain de la disparition, l’homme confirme que Delphine avait un amant. Dans un article Le Parisien, paru ce mardi 24 août, il aurait déclaré au cours de l’audition : “Elle me cache des choses”, avant de poursuivre, “Je n’ai pas de preuve (…) Elle téléphone en cachette, elle a changé ses codes.”, a-t-il avoué aux policiers. Pourtant, celui-ci affirmait d’abord qu’il “ignorait que la mère de ses enfants voulait le quitter pour un autre homme”, avant de confirmer par la suite qu’il était “parfaitement au courant” de l’existence de cet amant.

“J’en ai marre, je vais la tuer, je vais l’enterrer, personne ne la trouvera”

Malgré l’absence de corps et d’aveux, certaines paroles de Cédric Jubillar importunent encore les enquêteurs. Trois jours avant la disparition de Delphine, l’époux aurait tenu des propos inquiétants : “Ça ne se passe pas bien, j’ai envie de la tuer”, a révélé l’ami de l’accusé aux enquêteurs, le 12 décembre. Autre fait aggravant, le mari de Delphine aurait dit mot pour mot à sa mère : “J’en ai marre, je vais la tuer, je vais l’enterrer, personne ne la trouvera”. Avant sa disparition, le couple était en cours de séparation : “Delphine voulait divorcer, Cédric en était toujours amoureux”, selon Le Parisien.

Parmi les autres indices, les enquêteurs relèvent d’autres détails alarmants : “Il l’espionnait, avait tenté de la géolocaliser via son téléphone, surveillait ses comptes bancaires, se disputait régulièrement avec elle et proférait des menaces de mort.” Malgré toutes ces accusations, Cédric Jubillar n’en démord pas. Selon lui, il est innocent. D’après Le Parisien, ses avocats s’apprêtent à déposer un nouvel appel de son placement en détention provisoire, ce mercredi 25 août.

Crédits photos : bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet