« Elles sont devenues aussi laides que moi » : quand Bernadette Chirac se moquait des conquêtes de son mari

Catherine Nay dévoile le deuxième tome de ses mémoires ce jeudi 25 novembre. Pour l’occasion, la journaliste a accordé un entretien à Paris Match, en kiosque le jour de la sortie de son nouveau livre. Elle y raconte notamment quelques anecdotes concernant Bernadette Chirac.

Catherine Nay partage de nouvelles révélations sur le monde de la politique française ce jeudi 25 novembre dans le deuxième tome de Tu le sais bien, le temps passe, publié aux éditions Bouquins. La journaliste y couvre cette fois-ci les années 1995-2017, de l’élection de Jacques Chirac à celle d’Emmanuel Macron. En pleine promotion, elle a accepté d’être interviewée par Paris Match à ce sujet. Dans son second recueille, elle fait notamment quelques révélations à propos de Bernadette Chirac. L’auteur la décrit comme une épouse bafouée, mais prête à tout pour faire grandir la popularité de son mari, comme le révèlent nos confrères ce 25 novembre.

Les deux femmes s’étaient fréquentées chez le coiffeur rue de Bourgogne. C’est à cette occasion que l’ancienne Première dame lui faisait toutes sortes de confidences. La chroniqueuse politique retient notamment celles-ci : « Tous les matins, Jacques me dit que j’ai une chance formidable de l’avoir épousé » ou encore « Elles sont devenues aussi laides que moi », en parlant de ses rivales. Pour Catherine Nay, Bernadette Chirac est une femme « stratège » et amusante.

>> Découvrez l’évolution de l’ancienne Première dame et épouse de Jacques Chirac.

Bernadette Chirac et son sens de la répartie

Dans ses mémoires, la journaliste de 78 ans raconte également les premiers mois de Jacques Chirac et de son épouse à l’Élysée. Le 17 mai 1995, elle avait justement rendez-vous avec la nouvelle Première dame, Bernadette Chirac. Une fois devant le Palais, elle est emmenée jusqu’à son bureau. « Arrivée à destination, je m’aperçois qu’il m’avait conduite chez Claude Chirac », explique-t-elle dans l’extrait de l’anecdote dévoilé par Le Point, le 19 novembre dernier. Après avoir signalé l’erreur, elle est aussitôt conduite au bon endroit. Ayant cinq minutes de retard, Catherine Nay s’excuse et explique le malentendu à Bernadette Chirac. Cette dernière lui répond, vexée : « Mais comment, vous ne saviez pas que le président était veuf ? ».

Crédits photos : Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet