Emmanuel Macron arrogant face à Marine Le Pen ? Ce rire “narquois” que vous n’avez pas vu à la télé

Les moindres faits et gestes d’Emmanuel Macron ont été captés par les caméras lors du débat de l’entre-deux-tours diffusé ce mercredi 20 avril. Enfin presque. Selon le magazine Politico, le rire moqueur de l’actuel locataire de l’Élysée à l’égard de Marine Le Pen n’a pas été diffusé sur le petit écran.

Emmanuel Macron n’a pas fait de cadeau à Marine Le Pen lors du débat de l’entre-deux-tours, diffusé ce mercredi 20 avril. S’il a multiplié les punchlines aux airs désuets à l’encontre de la candidate du Rassemblement National, le président-candidat a bien souvent adopté une attitude quelque peu arrogante face à sa concurrente. Une conduite que de nombreux Internautes de « condescendante » voire « irrespectueuse ». Si son comportement et sa position avachie sur son siège ont fait mouche auprès des téléspectateurs, une autre mimique de l’actuel chef de l’État leur a cependant échappé, comme le révèlent nos confrères de Politico au lendemain de ce face-à-face. Quelques minutes après le début de ce nouveau duel, Emmanuel Macron « a opposé un rire, disons, un peu narquois à Le Pen qui tâchait d’expliquer sa mesure de baisse de la TVA sur les prix de l’énergie », dévoile le célèbre média politique.

PHOTOS : Les punchlines cultes des débats de l’entre-deux-tours

Un sourire moqueur que l’équipe de campagne du chef de liste LREM a pris le soin de dissimuler aux millions de téléspectateurs. « (la) consigne a été passée en régie d’en faire un peu moins sur les plans de coupe tout sourire du président », peut-on découvrir au fil de l’article. Pour ce faire, le mari de Brigitte Macron « disposait d’un conseiller-réalisateur en coulisses » en la personne de Jérôme Revon. Si son attitude un brin désinvolte a été pointée du doigt tout au long de la soirée, les proches d’Emmanuel Macron ne se sont pas trop inquiétés du « “gentil procès en arrogance” fait très rapidement au chef de l’État », assure Politico. Des propos forts qui font écho à l’analyse des éditorialistes, sur France 2. Le directeur général délégué d’Ipsos France, Brice Teinturier, a affirmé que le président sortant avait pu être « cinglant dans sa façon de répondre » à son interlocutrice. « Il y avait vraiment une espèce de domination qui, à un moment donné, pouvait refaire surgir le reproche d’arrogance, voire de condescendance », a-t-il déclaré. 

Jordan Bardella dénonce l’attitude d’Emmanuel Macron

Principal soutien de Marine Le Pen dans cette course à l’Élysée, Jordan Bardella n’a pas mâché ses mots pour définir le comportement d’Emmanuel Macron au lendemain de ce débat. Sur le plateau de BFM TV, le président en intérim du Rassemblement National n’a nullement apprécié l’attitude du candidat sortant. « Je suis comme beaucoup de Français, j’ai été surpris par l’attitude d’Emmanuel Macronune attitude que j’ai trouvé arrogante, méprisante, avachi au fond de son fauteuil », a-t-il fait savoir à Apolline de Malherbe.

« Le poids des images qu’il laisse derrière lui symbolise assez bien la manière qu’il a eue de considérer le débat et la démocratie pendant cinq ans dans notre pays », a taclé Jordan Bardella, qui a estimé qu’Emmanuel Macron était « sans fougue, ni envie » durant ce débat.

Crédits photos : Capture d’écran France 2

Autour de

Source: Lire L’Article Complet