Emmanuel Macron et son « absence de confiance en lui » : le témoignage qui surprend

Intégrée au quotidien d’Emmanuel et Brigitte Macron pendant près de dix-huit mois, Gaël Tchakaloff a ainsi pu approcher et décrypter le Président et son épouse, jusqu’à réussir à aller au-delà d’une certaine façade. Elle a ainsi découvert une certaine “absence de confiance en lui” chez le Président, comme elle l’a confié à Gala.fr

De la proximité est née une nouvelle acuité dans le regard. En côtoyant Emmanuel et Brigitte Macron pendant plusieurs années, Gaël Tchakaloff a découvert les différentes facettes du chef de l’État et de son épouse, des aspects de leurs personnalités qu’elle n’avait pas soupçonné. Et ce qui l’a le plus étonné “chez le Président”, confie l’autrice à Gala.fr, c’est “une poésie décalée, une appétence pour les autres, doublée d’une absence de confiance en lui. Un véritable paradoxe, pour celui dont la fonction est de présider, de trancher, de mener.

Et de ce paradoxal manque de confiance en lui découle un besoin de maîtrise, qui le rend également très prudent, aux yeux de Gaël Tchakaloff, qui a pu l’observer au plus près, comme elle le raconte dans son ouvrage, “Tant qu’on est tous les deux“. “Il consulte beaucoup, hésite, avant de prendre des décisions“, détaille l’écrivaine à Gala.fr. “Il n’a confiance en personne, vérifie tout.” Une manie et une attention portée au détail, qu’il pousse à l’extrême, afin de s’assurer que la décision qu’il vient de prendre était la meilleure possible.

“Il n’y a pas de personnage Emmanuel Macron”

Chez Brigitte Macron, Gaël Tchakaloff relève cette “forme de courtoisie naturelle qui la pousse à montrer aux autres la gaieté, l’insouciance, jamais les difficultés“. J’ai découvert une femme d’État et de devoir, de l’autre côté de la façade“, souligne-t-elle. De ce couple, ce qu’elle retiendrait avant tout, c’est leur densité. “Ce sont deux personnages très complexes. Ils ne sont pas binaires, ou monolithiques“, juge-t-elle. Mais la romancière, qui sait reconnaître la fabrique d’un personnage, ne pense pas en avoir rencontré un, avec Emmanuel Macron, contrairement à une certaine image qu’il pourrait donner. “Il n’y a pas de personnage Emmanuel Macron, ce n’est pas quelqu’un qui est au balcon et qui se regarde passer dans la rue. Il est dans la rue. Il n’est pas dans une fabrication du personnage, il est une personne. Il passe pour un Président attentif à son image, à sa communication, tandis qu’il est l’inverse.“, nous précise-t-elle.

Une personne entière et complexe, qui “ne peut pas s’empêcher” de se jeter dans la foule, quitte à donner des sueurs froides à ses officiers de sécurités, ou à s’exposer aux gifles des mécontents. Celle qui a atteint le président n’a pas été une complète surprise pour l’autrice : “Depuis plusieurs mois, je le voyais dans les déplacements se jeter dans la foule, les officiers de sécurité lui couraient derrière, mais il ne peut pas s’en empêcher. Compte tenu du clivage que sa personnalité induit, la moitié des gens criaient “Macron, on t’aime”, et l’autre moitié “On va te tuer”. Tout le monde le savait, tout l’entourage connaissait le risque latent.”

“Le pouvoir n’est pas important” pour Emmanuel Macron

Cette personnalité hautement clivante du président de la République, Gaël Tchakaloff a fini par conclure qu’elle était mal interprétée par la plupart. “Je pense qu’il est désaimé pour de mauvaises raisons et aimé pour de mauvaises raisons. Il n’y a pas de personnage Emmanuel Macron, mais il y a un mystère Emmanuel Macron.“, résume-t-elle pour Gala.fr. Peut-être ce décalage vient-il de la vision qu’a le président du pouvoir, hautement inhabituelle pour un homme d’État, dans l’analyse de Gaël Tchakaloff : “Le pouvoir n’est pas important pour lui. Ce qui est important pour lui, je pense que c’est le sacré, au sens de Mircea Eliade. Il y a deux types d’hommes : ceux qui considèrent qu’un acte est un acte, dépourvu de toute forme de portée, et ceux qui considèrent que l’acte sous-tend une dimension sacrée qui donne de la grâce. Le Président appartient à la deuxième catégorie.” Encore un signe des multiples facettes d’Emmanuel Macron, comme nous le fait remarquer Gaël Tchakaloff : “Le Président est un chantre de la laïcité tout en exsudant une forme de spiritualité, c’est l’une de ses nombreuses complexités.

Ce président qui ne fait que peu de cas du pouvoir, Gaël Tchakaloff est convaincue qu’il ne sera pas un homme politique pour toujours, ce que certains proches d’Emmanuel Macron avaient déjà indiqué. “Lorsque Françoise Noguès, sa mère, dit dans le livre, “c’est une parenthèse la politique, il fera autre chose après”, c’est une certitude. Arrivé en politique comme une bourrasque, Emmanuel Macron pourrait ainsi ne pas poursuivre dans ce monde qu’il a contribué à bouleverser.

Crédits photos : DOMINIQUE JACOVIDES / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet