Emmanuel Macron n’aime pas avoir tort… et c’est tant mieux pour Éric Dupond-Moretti !

La vie n’est pas un long fleuve tranquille pour Éric Dupond-Moretti depuis qui l’a été nommé garde des Sceaux en juillet 2020. Pourtant, et malgré les nombreuses critiques auxquelles a dû faire face le ministre, Emmanuel Macron songerait sérieusement à le reconduire à son poste en cas de réélection… et la raison est surprenante.

Deux ans déjà qu’Éric Dupond-Moretti a été nommé garde des Sceaux. Et pour l’avocat de profession, cela n’a pas été un long fleuve tranquille. Le compagnon d’Isabelle Boulay a en effet fait face à de nombreuses critiques concernant certaines de ses décisions et s’est rapidement mis à dos les syndicats des magistrats. Mais bonne nouvelle pour le ministre de la Justice, qui affirme très clairement son soutien au président-candidat depuis le début de la campagne présidentielle : il semblerait qu’Emmanuel Macron ne lui en tienne pas rigueur. Pourquoi ? Tout simplement car le président de la République… n’aime pas avoir tort ! Selon un article du Monde, le chef de l’Etat serait prêt à garder son ministre près de lui en cas de réélection afin de prouver qu’il ne prend pas en considération les critiques à son égard. « Cela reviendrait à reconnaître à demi-mot qu’il se serait trompé en le nommant en 2020« , analysent nos confrères.

Il faut dire que depuis son arrivée place Vendôme en juillet 2020, Éric Dupond-Moretti, longtemps connu sous le nom d’« acquitator », a connu de nombreux tumultes. Le garde des Sceaux, que certains qualifient de brutal et grossier, n’a pas réussi à convaincre le monde de la justice. Mais même en pleine tempête, l’ami de Gérard Darmon a pu compter sur le soutien d’Emmanuel Macron. « Il ne le lâchera pas », assurait une source élyséenne dans L’Opinion en janvier 2021.

>> PHOTOS : Les punchlines cultes des débats de l’entre-deux-tours

Eric Dupond-Moretti mis en examen

Mais ce n’est pas tout. En juillet 2021, le ministre a été convoqué par la commission d’instruction de la Cour de Justice de la République et mis en examen pour « prise illégale d’intérêts ». Le garde des Sceaux est soupçonné « d’avoir profité de ses fonctions pour servir ses anciennes activités d’avocat et régler ses comptes avec des magistrats« , a rappelé Le Monde. Pour certaines personnalités politiques, cette mise en examen aurait dû être un électrochoc pour qu’Éric Dupond-Moretti démissionne de ses fonctions de ministre de la Justice… Il n’en fut rien.

Crédits photos : Thibault Moritz/Pool/Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet