“Envie de mourir”, les déchirantes confidences de l’humoriste Ines Reg, malmenée et humiliée

Le documentaire A bonne école, les enfants contre le harcèlement, diffusé sur Canal+ Kids le 26 septembre 2021, a notamment fait témoigné l’humoriste Inès Reg qui s’est fendue de poignantes confessions.

À la fin de l’année 2020, Inès Reg dévoilait une photo événement sur les réseaux sociaux. L’humoriste, révélée un an auparavant sur ces mêmes réseaux sociaux, montrait à ses abonnés la nouvelle silhouette amincie dont elle se sentait fière. La jeune femme est en effet passée de 76 kilos à 61 kilos entre juin et novembre 2020, soit 15 kilos en quatre mois ! « J’ai changé de corps et je me sens vraiment mieux. Mais c’est au-delà même de l’apparence. Je ne suis plus essoufflée, fatiguée pour un rien. Et surtout, je ne suis plus en train de chercher mille techniques pour me sentir à l’aise dans mes vêtements » a confié Inès Reg.

Si la compagne de Kévin a résolu ce petit complexe, elle admet cependant avoir souffert pendant longtemps de sa petite taille. Dans un documentaire intitulé A bonne école, les enfants contre le harcèlement, diffusé dimanche 26 septembre à 18.25 sur Canal + Kids et disponible sur myCanal. Elle y fait de terribles confidences sur son passé d’enfant harcelé. « J’ai été harcelée dès l’école primaire à cause de ma petite taille. Jusqu’en 5ème, j’ai de très mauvais souvenirs pourtant c’est à ce moment-là qu’on commence à se construire […] Je rêve d’une école sans violence […] À l’époque on ne mettait pas de mots dessus […] Je me rappelle d’une époque où quand on ne portait pas de la marque, quand on n’était pas coiffé comme il fallait etc. on était la risée de tout le collège […] On n’oublie jamais » a-t-elle expliqué.

Inès Reg confie avoir eu envie de « mourir« 

« Moi quand j’étais à l’école il y avait une nana qui était populaire […] des fois j’étais sa copine donc je passais des journées trop bien et puis d’autres jours elle avait décidé que je n’étais plus sa copine. Du coup tout le monde se moquait. C’était très dure. C’était cette fille-là qui gérait si j’étais heureuse ou pas […] Il y a une période où ça a vraiment été dur, les gens se moquaient de moi en permanence. Le pire c’est quand dans un silence on te lance la vanne : celle qui pique, qui fait mal, et tout le monde rigole sauf toi. Tu as envie de mourir […] J’ai tellement de souvenirs de moi seule dans la cour de récré, à marcher et à attendre que le temps passe pour pouvoir retrouver ma famille. » a-t-elle raconté.

A voir aussi : Greg : ce détail physique qu’il va changer

Source: Lire L’Article Complet