Eric Dupond-Moretti : après son "oubli fiscal" de 300.000 euros, il s'explique

Eric Dupond-Moretti est dans une mauvaise passe. Après la publication le mercredi 7 juillet 2021 d’une enquête réalisée par Mediapart pointant du doigt un oubli fiscal de 300.000 euros de sa part, le Garde des Sceaux a été obligé de s’expliquer le jeudi 8 juillet sur CNEWS.

  • Eric Dupond-Moretti

Eric Dupond-Moretti est-il dans la tourmente ? Mercredi 7 juillet 2021, Mediapart publiait une enquête dans laquelle on apprenait que le ministre de la Justice avait omis de déclarer plus de 300.000 euros de revenus aux impôts en 2019. Une somme importante, liée à ses droits d’auteur. Car peu s’en souviennent mais l’homme de loi, avant de prendre part au gouvernement de Jean Castex, avait également une casquette d’auteur et avait monté un one-man show. Cette nouvelle ne pourrait pas tomber plus mal pour Eric-Dupond Moretti qui, le vendredi 16 juillet, va devoir s’expliquer concernant une autre affaire. La Cour de justice de la République avait en effet conduit une enquête sur ses conflits d’intérêts qui pourrait lui valoir une mise en examen. Mais le Garde des Sceaux ne semble pas vraiment inquiet concernant cette nouvelle affaire dont il a bien préparé la défense.

Eric Dupond-Moretti justifie son “oubli fiscal” par une “erreur de comptable”

En effet, suite aux révélations de nos confrères, l’entourage de l’homme de loi avait assuré de sa bonne foi. “Ces 300.000 euros avaient été déposés sur son compte, déclarés à l’Urssaf, assujettis à la TVA. Ils ont uniquement été omis dans la déclaration des revenus 2018-2019”, avait-il déclaré le 7 juillet à l’AFP, en précisant que “le ministre (avait) bénéficié du droit à l’erreur”. Visiblement pas assez pour éteindre la polémique puisque le principal intéressé a lui aussi fait une déclaration. Jeudi 8 juillet, face aux caméras de CNEWS, le compagnon d’Isabelle Boulay a évoqué une “erreur de comptable” : “Elle avait été commise par son prédécesseur”. Pour autant, lui aussi a mis en avant sa sincérité : “Dès que cette erreur m’a été signalée, j’ai d’initiative informé l’administration fiscale. Les sommes que vous évoquez ne proviennent pas de mon activité d’avocat mais de mon activité théâtrale. Ces sommes sont passées par mes comptes courants. L’Ursaff et la TVA ont été payés sur ces sommes. L’administration fiscale a regardé ce dossier attentivement et a dit qu’il s’agissait d’une erreur. Je n’ai rien d’autre à dire, sauf que je me pose quelques questions sur la façon dont certains de vos confrères ont été saisis de cette nouvelle”. Les explications d’Eric Dupond-Moretti suffiront-elles au locataire de la place Vendôme d’atténuer les critiques ?

Source: Lire L’Article Complet