Eric Dupond-Moretti : le Garde des Sceaux a oublié de déclarer 300 000 euros de revenus en 2019

Mauvaise nouvelle pour Eric Dupond-Moretti. Selon les informations de L’Opinion, le ministre de la Justice avait oublié de déclarer une somme de 300 000€ lors de sa déclaration de revenus en 2019. Un oubli fâcheux mais qui a été régularisé.

Eric Dupond-Moretti

Eric Dupond-Moretti traverse une période compliquée. En juin dernier, le Garde des Sceaux en lice pour les élections régionales dans le Pas-de-Calais s’est fait éliminer au premier tour. Le 1er juillet dernier, nouvel événement fâcheux : le ministère de la Justice est perquisitionné dans le cadre d’une enquête sur Éric Dupond-Moretti, soupçonné de conflit d’intérêts. Mais ce dernier ne se laisse pas abattre, loin de l). En effet 4 jours après, il prend la parole dans le JDD et met en cause, sans le nommer directement, le principal syndicat de magistrats : “Le but de ce syndicat est d’obtenir un nouveau garde des Sceaux. Ce n’est pas ce que prévoit la Constitution… C’est du Premier ministre et du président de la République que je tiens ma légitimité, et d’eux seuls”. Plusieurs de ses collaborateurs mais aussi son ex-associé ont été auditionnés, alors que Jean Castex avait été déjà entendu le 7 juin dernier.

Une somme importante

La mauvaise passe n’est pas encore derrière lui. Selon les informations de L’Opinion, reprises par Le Point, Eric Dupond-Moretti se serait “aperçu de ce qu’il présente comme une erreur de son comptable”.Un oubli d’abord présenté comme étant de 180 000 euros non déclarés au titre de l’impôt sur le revenu, qui finalement représente 300 000 euros, 180 000 euros étant le montant dû”, est-il précisé. Toujours selon nos confrères, cet oubli correspondrait à l’avance perçue par le ministre lorsqu’il jouait au théâtre la pièce À la barre. Une somme d’argent qu’il n’avait donc pas déclarée dans ses revenus pour l’année 2018 – 2019. Début mai, il avait déposé une rectification de ses déclarations. Cette erreur aurait été repérée par son nouvel avocat fiscaliste. L’entourage du ministre affirme que tout est en règle. L’administration fiscale a depuis reconnu la bonne foi du garde des Sceaux et lui a accordé le bénéfice du droit à l’erreur, tout en lui attribuant des pénalités de retard.

Source: Lire L’Article Complet