Eric Zemmour contraint de quitter son émission sur CNews après la décision du CSA

Alors qu’Éric Zemmour, éditorialiste sur la chaîne CNews, semble avoir de véritables ambitions à l’Élysée, le CSA a pris sa décision : le temps de parole du polémiste sera décompté. Lundi 13 septembre 2021, il a ainsi dû se résoudre à quitter son émission Face à l’info, a annoncé la chaîne dans un communiqué.

  • Eric Zemmour

Éric Zemmour va devoir préserver son temps de parole : depuis le 9 septembre 2021, le CSA le considère comme un potentiel candidat à l’élection présidentielle. Il va donc devoir se plier à la règle d’équilibre du temps de parole dans la campagne présidentielle. Pour préserver l’égalité entre tous les candidats, les services de télévision allouent en effet aux candidats (ou aux partis politiques) des temps de parole médiatique, qui doivent être respectés à la minute près. L’éditorialiste a ainsi dû se plier à cette règle, le lundi 13 septembre 2021. Il a ainsi été contraint d’arrêter son émission Face à l’Info où il débattait avec Christine Kelly, diffusée sur la chaîne CNews. La chaîne a pris cette décision elle-même, en réponse à la demande du Conseil supérieur de l’audiovisuel. “J’ai beaucoup de vague à l’âme ce matin“, a ainsi reconnu Éric Zemmour sur CNews en réaction à son écartement de l’émission.

Eric Zemmour “fort triste” de cette décision

Bien qu’Éric Zemmour ne se soit pas déclaré candidat à l’élection présidentielle qui aura lieu dans 7 mois, le CSA contraint CNews à cette décision“, a expliqué la chaîne dans un communiqué, rapporté par nos confrères de France Bleu, lundi 13 septembre 2021. C’est une décision inédite du Conseil supérieur de l’audiovisuel. De son côté, l’éditorialiste et écrivain y voit des pressions du “gouvernement” sur le CSA. Il l’a réitéré dans la matinée du 13 septembre, sur CNews : “J’en suis fort triste. Je pense que c’était inévitable, je pense que le CSA l’a fait exprès, l’a fait volontairement“, assure-t-il. Mais celui qui fut victime d’espionnage n’abandonne pas pour autant, et compte visiblement trouver d’autres moyens pour continuer à communiquer avec son public fidèle : “Quand on ne peut pas résister, il faut rompre et résister ailleurs. C’est ce que je vais faire “, a-t-il conclu de manière énigmatique. Pour rappel, Éric Zemmour, qui a récemment réglé ses comptes avec Laurent Ruquier, avait déjà dû arrêter, au moins provisoirement, ses chroniques pour les titres de presse Le Figaro et Le Figaro magazine.

Source: Lire L’Article Complet