Éric Zemmour jugé : renoncera-t-il à la présidentielle s’il est condamné ?

Ce mercredi 17 novembre, le procès d’Éric Zemmour s’ouvre au tribunal correctionnel de Paris. Il est jugé pour ses propos incitant à la haine et à la violence, tenus en novembre 2020 sur CNews.

Le procès d’Éric Zemmour se tient ce mercredi 17 novembre. Le polémiste et candidat putatif à l’élection présidentielle de 2022 est jugé pour provocation à la haine raciale pour ses propos tenus en novembre 2020 sur CNews. A l’époque, il était encore chroniqueur pour la chaîne du groupe Canal +. En 2020, l’émission Face à l’Info, qu’il animait, évoquait l’attaque qui avait eu lieu devant les anciens locaux de Charlie Hebdo. L’ancien chroniqueur avait alors déclaré, en parlant des mineurs isolés : « Ils n’ont rien à faire ici, ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c’est tout ce qu’ils sont, il faut les renvoyer et il ne faut même pas qu’ils viennent.« 

Son procès s’est donc ouvert à 9h30 ce mercredi 17 novembre 2021. Cependant, Éric Zemmour n’a pas souhaité s’y rendre, car « sa présence, loin de permettre une sérénité du débat, aurait été une focalisation et chacun l’aurait instrumentalisée pour venir surfer sur sa notoriété et en faire un débat politique« , a expliqué son avocat, Me Olivier Pardo, comme le rapporte RTL. Qu’il soit reconnu coupable ou non aux yeux de la justice, ce procès n’empêchera pas Éric Zemmour de renoncer à ses ambitions. « Le ministère et les associations antiracistes pensent pouvoir m’intimider et me décourager. Ils ne font que renforcer ma détermination« , a-t-il écrit dans un communiqué publié sur ses réseaux sociaux.

Le tribunal prononcera-t-il une peine d’inéligibilité ?

Si le tribunal correctionnel de Paris reconnaît Éric Zemmour coupable d’incitation à la haine, les juges pourront prononcer une peine complémentaire d’inéligibilité. Cependant, selon certains professionnels de la justice consultés par RTL, il n’y aurait peu de chance qu’elle soit prononcée. De plus, Éric Zemmour pourra faire appel de la décision de justice. Des éléments qui laissent penser que son éviction de la course à la présidentielle soit peu probable.

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Romain Doucelin / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet