Et maintenant, Vladimir Poutine trouve Emmanuel Macron "inamical" : les coups de fil, c'est fini !

Depuis le début de la guerre en Ukraine, le président de la République était resté en contact avec le nouveau tsar de toutes les Russie. Mais ça, c’était avant…

Juste avant le début de ce que Vladimir Poutine a baptisé du doux euphémisme « d’opération militaire spéciale » en Ukraine lancé le 24 février dernier et visant à « dénazifier » ce pays voisin et désormais ennemi de la Russie, Emmanuel Macron état l’un des seuls hommes à murmurer à l’oreille du maître du Kremlin.

Après un ultime et inutile déplacement à Moscou, le 7 février juste avant le début du conflit, le président n’a eu de cesse de communiquer par téléphone avec son homologue russe.

Car s’il condamnait sans réserve l’agression contre une nation, dont le principal tort était de ne plus être à la botte de l’ancien patron du KGB, le chef de l’État espérait raisonner un homme dont les observateurs se plaisent à dire qu’il se livre à un exercice de plus en plus solitaire du pouvoir et ne tolère pas la moindre contradiction de la part de ses vassaux.

Dans des extraits de leurs conversations diffusés à la télévision, l’on pouvait entendre l’hôte de l’Élysée faire des reproches à son redoutable interlocuteur, comme ceux qu’adresseraient un instituteur à l’une des ouailles. Mais force est de constater que Poutine est un élève très turbulent qu’aucune voix ne peut apaiser et qui n’obéit qu’à ses désirs, en l’occurrence envahir l’Ukraine, quel que soit le prix à payer en vies humaines. Et c’est peu de dire qu’il n’a guère apprécié que la France livre des armes aux troupes ennemies et ne soutiennent avec une énergie sans faille les sanctions infligées à la Russie par l’Union européenne. Aussi la « lune de miel » toute relative entre les deux hommes n’aura pas duré très longtemps, comme vient de le déclarer sans ambages Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, le vendredi 5 août : « Ils ne se parlent plus parce qu’ils estiment que le moment n’est pas venu, et qu’actuellement ce n’est simplement pas nécessaire. Si la nécessité se fait sentir, ils peuvent s’appeler dans la minute. »

Leur dernier échange remonte en fait au 25 mai dernier quand Emmanuel Macron avait évoqué le sort des soldats ukrainiens faits prisonniers par l’armée russe. Espérons juste que le président de la République retrouvera le numéro de Poutine avant que ce tsar imprévisible ne décide d’appuyer sur le bouton nucléaire !

À voir également : Emmanuel Macron torse nu ? Vladimir Poutine se moque… 

FL

Source: Lire L’Article Complet