Évelyne Bouix : ses confidences sans filtre sur son passé de cleptomane

Invitée par Nagui sur France Inter lundi 4 octobre 2021 dans l’émission La Bande originale, Évelyne Bouix est revenue sur son passé de cleptomane. Une maladie dont la femme de Pierre Arditi souffrait dans sa jeunesse.

  • Pierre Arditi

C’est pour une pièce écrite par leur fille Salomé Lelouch qu’Évelyne Bouix et Pierre Arditi sont actuellement sur les planches. En couple dans la vie, les deux acteurs jouent dans Fallait pas le dire au théâtre de la Renaissance, à Paris. Une comédie dans laquelle le duo dialogue sur quelques-uns des thèmes qui traversent actuellement la société tels que la trottinette, la chirurgie esthétique ou encore le mouvement #MeToo. De nombreux sujets qui animent l’opinion publique, ici abordés sur un ton décalé. C’est donc à l’occasion de ce spectacle incisif qu’Évelyne Bouix et Pierre Arditi ont accepté l’invitation de Nagui lundi 4 octobre 2021 dans l’émission La Bande originale, sur France Inter. Et en plus d’évoquer la pièce, l’ex-compagne de Claude Lelouch n’a pas hésité à se confier sur son passé de cleptomane. Une impulsion pathologique qui s’est arrêtée « tard » et qui a duré plusieurs années.

« Je ne le fais plus, c’était avant »

Atteinte dans sa jeunesse d’une pulsion irrépressible de s’approprier des objets, Évelyne Bouix a tout d’abord expliqué au micro de Nagui que sa cleptomanie n’avait à l’époque rien à voir avec son cadre familial, ses parents remplissant parfaitement leur rôle avec elle. « Mes parents sont des gens qui m’ont très bien élevée et, quand mon père allait me chercher des protège-cahiers, je commençais à piquer « , a-t-elle ainsi indiqué. Et de préciser : « Je ne le fais plus, c’était avant. Mais ça a commencé très tôt ». Un véritable trouble pathologique, sans rapport avec motif économique ou un besoin réel de cet objet. « C’était un truc qui était irraisonné. Je ne manquais de rien », a déclaré la comédienne dans l’émission La Bande originale sur France Inter. Et bien qu’elle n’a souffert d’aucune carence, Évelyne Bouix a révélé que le fait de faire « quelque chose d’illégal et peut-être se faire prendre la main dans le sac » était une situation qui « l’excitait ». Si bien que même surprise en plein méfait, Évelyne Bouix a su s’en sortir. « Une fois je me suis fait gauler (…) J’ai éclaté en larmes, j’ai dit ‘Monsieur, je vous en supplie’. Il m’a dit : ‘Alors vraiment parce qu’on voit bien que c’est la première fois que tu le fais’. Et je suis passée comme ça ». Des confidences sans filtre sur des vols qui ont fini par s’arrêter avec le temps.

A lire aussi : Évelyne Bouix révèle le « fantasme » glauque de Pierre Arditi

Source: Lire L’Article Complet