EXCLU – Roselyne Bachelot : cette ministre à qui elle manque terriblement

Si Marlène Schiappa a retrouvé un poste au sein du gouvernement lors du remaniement, tous les anciens ministres d’Emmanuel Macron n’ont pas été rappelés, à l’instar de Roselyne Bachelot. Dans une interview consacrée à Gala.fr, la secrétaire d’État a confié que l’ancienne ministre de la Culture lui « manque beaucoup ».

Le 20 mai 2022, Roselyne Bachelot a cédé sa place à la tête du ministère de la Culture à sa successeure, Rima Abdul-Malak. Après avoir passé deux ans au sein du gouvernement de Jean Castex, celle qui est retournée dans l’émission de radio de Laurent Ruquier, Les Grosses Têtes, sur RTL, n’a pas été rappelée par le président réélu et la Première ministre Elisabeth Borne en avril dernier. De son côté, Marlène Schiappa a eu plus de chance : l’ancienne ministre de la Citoyenneté a été nommée comme secrétaire d’État chargée de l’Économie sociale et solidaire et de la Vie associative lors du remaniement du gouvernement. La femme politique de 39 ans a confié à Gala.fr dans une interview exclusive que Roselyne Bachelot lui « manque beaucoup dans les événements ministériels ».

Il faut dire qu’avec son expérience de la politique, Roselyne Bachelot a été d’un bon soutien pour Marlène Schiappa, qui est entrée pour la première fois au gouvernement en mai 2017, œuvrant pour l’égalité entre les hommes et les femmes. Pour rappel, l’ex-épouse de Jacques Bachelot a été ministre de l’Écologie et du Développement durable sous Jacques Chirac puis de ministre de la Santé et des Sports et ministre des Solidarités sous Nicolas Sarkozy. « Roselyne Bachelot m’a par exemple donné les meilleurs conseils politiques ! Elle a toujours été adorable et très bienveillante », a poursuivi celle qui a travaillé avec Gérald Darmanin pendant deux ans, au ministère de l’Intérieur.

>> PHOTOS – Remaniement d’Emmanuel Macron : découvrez les ministres du gouvernement Borne II

Au gouvernement, « les femmes peuvent être cruelles entre elles »

Une sympathie que la compagne de Cédric Bruguière a par ailleurs eu du mal à retrouver chez toutes ses consœurs en politique… « Les femmes peuvent être cruelles entre elles et surtout contre les plus jeunes qui n’ont pas grandi dans les beaux quartiers », a soufflé Marlène Schiappa, en faisant référence au fait qu’elle est issue de la société civile, et non de grandes écoles telles que l’ENA. « Il y a un vrai mépris de classe dans les sphères du pouvoir, a-t-elle poursuivi. Mais nous sommes plusieurs à avoir décidé d’essayer d’impulser un esprit de sororité au gouvernement, notamment Sarah El Hairy ou Olivia Grégoire. »

Crédits photos : Jeremy Melloul / Bestimage

A propos de


  1. Marlène Schiappa


  2. Roselyne Bachelot

Autour de

Source: Lire L’Article Complet