Fabrice Luchini : son appel Emmanuel Macron… pour se plaindre

Fabrice Luchini a dévoilé dans Quotidien, sur TMC, le jeudi 4 novembre 2021, qu’il avait appelé Emmanuel Macron et des membres de son gouvernement pour se plaindre du reconfinement… en leur citant une fable de La Fontaine.

  • Fabrice Luchini
  • Emmanuel Macron

De la poésie à la politique, il n’y a qu’un pas. Fabrice Luchini a cité une fable de La Fontaine à Emmanuel Macron pour se plaindre du reconfinement, a-t-il dévoilé dans Quotidien, sur TMC le jeudi 4 novembre 2021. Tout est parti d’une fable de La Fontaine : L’Ours et l’amateur des jardins. Dans celle-ci, on peut lire des références au confinement et à la séquestration. Il n’en fallait pas plus à l’homme de littérature pour la transposer aux événements contemporains. « Je me dis « Mais voilà, c‘est ‘confiné par le sort, dans un bois solitaire’!« , a-t-il déclaré, citant l’œuvre. Une autre partie de la fable est arrivée jusqu’aux oreilles de personnalités politiques, alors que la France s’apprêtait à se reconfiner. « Alors là, j’ai appelé tout le gouvernement, jusqu’à Emmanuel Macron. J’ai dit : ‘Vous nous réenfermez (sic) ? Je n’ai pas grand chose à vous dire : ‘La raison d’ordinaire n’habite pas longtemps chez les gens séquestrés' », a-t-il dévoilé. Avant de se laisser aller à une petite moquerie : « Il fallait qu’ils intègrent parce que c’est une langue et les politiques ce ne sont pas non plus des génies […] Arrêtez de nous enfermer parce qu’on va devenir fous !« 

Des années d’amitié avec Emmanuel Macron

Fabrice Luchini avait déjà récité cette fable devant Emmanuel Macron en juin 2021 lors d’un événement à Château-Thierry (Aisne), dans la maison de l’auteur. Et ce n’était pas la première fois qu’il rencontrait le chef d’Etat. Dans les colonnes du Nouvel Obs en février 2019, il s’était confié sur leur amitié : « Il est trop occupé à l’Elysée. Le temps est loin où j’allais, le soir, à Bercy, lui lire du Molière, du Nietzsche et du Valéry jusqu’à 2 heures du matin. Je ne peux pas nier qu’il m’avait beaucoup séduit. D’autant que, lui rappelant tout ce que je donnais à l’Etat, il m’avait répondu qu’on devrait moins accabler les artistes qui défendent la cause du Français.« 

Source: Lire L’Article Complet