Faustine Bollaert exprime son ras le bol du confinement et sa peur quant aux prochaines annonces du gouvernement

Faustine Bollaert est comme la plupart des Français : dans l’attente des annonces faites par Emmanuel Macron. Le président de la République doit s’exprimer ce mercredi 31 mars pour vraisemblablement annoncer de nouvelles mesures plus restrictives. Dans une interview accordée à Gala, l’animatrice a exprimé son angoisse.

Faustine Bollaert

Maxime Chattam

Face à la recrudescence de l’épidémie en France et malgré une tentative de gérer la propagation du virus sans de nouveau recourir à un confinement strict, Emmanuel Macron a annoncé vouloir effectuer “un tour de vis”, selon BFM. L’allocution du chef de l’État en ce mercredi 31 mars est attendue par nombre de Français, qui ne savent pas à quelle sauce ils vont être mangés. Il faut dire que le gouvernement tâtonne avec cette situation inédite. Au mois de janvier dernier, contre l’avis des scientifiques qui se montraient très pessimistes sur l’évolution de la pandémie, l’exécutif avait choisi le statu quo, avec maintien du couvre-feu. Mais face à la flambée de certaines régions, des confinements locaux avaient dû être mis en place. Depuis, il faut dire que le gouvernement peine à trouver la bonne stratégie et malgré ses efforts de pédagogie, les Français sont blasés de la situation.

L’animatrice Faustine Bollaert n’en peut plus elle non plus. Cette maman de deux enfants s’est confiée dans Gala. Je ne suis pas optimiste car je viens d’entendre qu’Emmanuel Macron allait s’exprimer ce soir. Comme tous les parents qui ont des enfants en bas âge, l’idée qu’ils n’aillent pas à l’école pendant plus d’un mois, même si c’est nécessaire, c’est très compliqué pour s’organiser. J’angoisse comme tout parent“, a-t-elle déclaré.

“Qu’on arrête de m’interdire des choses”

Mais au-delà des annonces gouvernementales, l’épouse de Maxime Chattam a exprimé un véritable ras-le-bol face à cette situation que nous connaissons depuis une année. “Je trouve ça difficile. J’ai l’impression qu’on nous vole notre vie, et en même temps, je ne néglige pas l’importance de ces confinements, toutefois ça fait un an et il y a une vraie usure qui s’installe”, a-t-elle confié. “Comme tout le monde, j’ai envie de sortir, de retrouver mes amis, qu’on arrête de m’interdire des choses, s’est insurgée la présentatrice de Ça commence aujourdui. “Comme tous les parents, on arrive à bout des jeux de société, ou autres activités. Je sais pourquoi on fait ça et c’est nécessaire mais nous avons les épaules de moins en moins larges“, a-t-elle finalement concédé. Il semble que son point de vue est partagé par nombre de familles dans l’Hexagone …

Source: Lire L’Article Complet