François Busnel : la DDASS , la banlieue… ses rares confidences sur son enfance

François Busnel n’a pas eu une enfance facile. Adopté à 3 ans et demi, l’animateur de La Grande Librairie a connu la DDASS comme il le confiait samedi 27 février 2021 dans les colonnes du Parisien.

Restez informée

François Busnel a réussi sa vie. L’animateur de La Grande Librairie a aujourd’hui tout ce qu’il lui faut pour être heureux : une compagne qui l’aime et qui partage son amour pour les livres, un travail passionnant sur France 5, et une belle famille recomposée (sa compagne Delphine De Vigan est mère de deux enfants nés d’une précédente union). À le voir sur le plateau de La grande Librairie, on pourrait imaginer que son parcours était tout tracé, ce qui n’est en réalité pas le cas : François Busnel n’a pas fait de grande école et ne vient pas d’une famille aisée. Né à Argenteuil, dans le Val-d’Oise, le 8 mai 1969, il a été placé dès son plus jeune âge. Enfant de la DDASS, le journaliste a été adopté par un couple de classe moyenne : son père était expert-comptable et sa mère femme au foyer. “J’aurais adoré vous dire que je sors d’hypokhâgne et que j’ai lu tout Proust à 8 ans”, a-t-il lancé avec humour dans un article du Parisien paru samedi 27 février 2021.

L’animateur a ensuite tout expliqué : “Mon parcours, c’est la Ddass, j’ai été adopté à 3 ans et demi. C’est aussi la banlieue, Argenteuil, Cergy, et des trains qui n’allaient jamais vers Paris”. Ce sont d’ailleurs ces longs trajets pour rejoindre la capitale qui lui ont permis de lire autant d’ouvrages : “Quand vous attendez tous les matins le train de 7h42 pour aller d’Argenteuil à Pontoise et que, grâce à la lecture, vous vous retrouvez au milieu des glaces avec Jack London ou au XVIIe siècle avec les Mousquetaires, le trajet et votre quotidien deviennent fantastiques. En développant mon imaginaire, en m’aidant à mettre des mots sur mes maux, ceux qui, ado, nous fracassent, les livres m’ont sauvé”, a-t-il expliqué.

“Quand je serai grand, j’achèterai des livres, ce sera mon métier”

Mais sa passion n’est pas née à ce moment-là : François Busnel possède depuis tout petit une vraie fascination pour les livres. Lors de sa toute première fugue, à huit ans, ce gros lecteur a eu une révélation face aux bouquinistes de quais de Seine : “Quand je serai grand, j’achèterai des livres, ce sera mon métier”. Une fois adulte, son goût pour l’actualité l’a rattrapé. Victime du “complexe de banlieusard”, François Busnel n’a jamais postulé aux écoles de journalisme, mais cela ne l’a pas empêché de devenir grand reporter par la suite.

François Busnel est revenu à son premier amour en 2004, en prenant les rênes du magazine Lire. Quatre ans plus tard, en septembre 2008, il animait le tout premier épisode de La grande librairie. François Busnel est fier d’inviter des auteurs de tous les horizons dans son programme : “Comme son nom l’indique, dans cette émission, on y trouve de tout Modiano, Bussi, Roth. Arrêtons de mépriser ceux qui lisent Musso et Lévy !”

Source: Lire L’Article Complet