Georgette Lemaire : Elle a perdu un fils !

Alors qu’on l’a dit au plus bas, la chanteuse de 79 ans doit affronter la disparition d’Yvan, l’un de ses trois enfants.

La vie n’aura guère épargné la pauvre Georgette Lemaire…

Celle qui était considérée comme la grande rivale de Mireille Mathieu avait raconté en 2010 ses tourments les plus intimes dans son autobiographie intitulée À m’en déchirer le coeur (éd. du Toucan). Pour l’interprète de Vous étiez belle, madame, ça ne faisait aucun doute : elle aurait pu connaître une renommée internationale et ne pas sombrer dans l’oubli si Johnny Stark, l’imprésario de sa rivale, ne lui avait rien épargné pour ruiner sa carrière. « Aujourd’hui, je le dis, je l’écris et je l’assume : Johnny Stark m’a tuée », avait-elle déclaré en colère.

Détresse

Côté vie privée, ce ne fut guère plus réjouissant. Mariée à deux reprises, elle avait connu l’enfer des violences conjugales et se disait « victime des hommes ». Confrontée aussi à d’énormes difficultés financières, ruinée et expulsée de son logement, elle a dû trouver refuge à la Maison des artistes, à Nogent-sur-Marne. En plein marasme, il ne lui restait plus que ces fils auxquels se raccrocher.

Mais cette maman de trois grands enfants doit désormais faire face au décès de l’un d’eux, Yvan, né de ses amours avec un garçon de café prénommé Daniel, alors qu’elle n’avait que 17 ans.

©HAMEL – Georgette Lemaire et son fils Yvan, le 14 avril 1977.

Cet homme fragile qui se débattait depuis de longues années avec des problèmes d’addiction a été inhumé le 17 octobre dernier au cimetière de Montmartre. Sa disparition laisse Georgette, déjà très affaiblie, dans la plus grande détresse, tout comme Hugo et Arthur, les deux garçons d’Yvan. « Yvan n’a eu que des drames dans sa vie – un peu comme moi – et notamment des problèmes d’alcool », avait-elle révélé au magazine Platine. Espérons que la chanteuse de 79 ans, malgré cet immense chagrin qui la frappe, trouve la force de surmonter ce deuil. Toutes nos condoléances, très chère Georgette.

Valérie EDMOND

Source: Lire L’Article Complet