Gérald Darmanin bientôt 1er ministre ? « Il n’est déjà pas un bon ministre des élections »

Corinne Narassiguin était l’invitée du Talk–Le Figaro, ce vendredi 2 juillet. La secrétaire nationale à la coordination du PS a donné son avis sur Gérald Darmanin. Et elle n’a pas mâché ses mots à l’encontre de l’actuel ministre de l’Intérieur…

Les journalistes du Talk-Le Figaro ont reçu sur leur plateau, ce vendredi 2 juillet, Corinne Narassiguin, secrétaire nationale à la coordination du PS. Alors qu’on lui demandait si elle considérait que Gérald Darmanin pouvait faire un bon Premier ministre. La numéro deux du Parti socialiste a répondu sans détour : Il vient de démontrer qu’il n’était déjà pas un bon ministre des élections. L’organisation de ces élections (départementales et régionales, NDLR) a été une catastrophe, en particulier avec les problèmes d’acheminement des professions de foi.” Des “dysfonctionnements” pour lesquels Gérald Darmanin a d’ailleurs présenté ses excuses lors d’une prise de parole à l’Assemblée nationale, le 29 juin dernier.

“Je ne parlerai même pas des problèmes qu’il a sur les questions de traitement des femmes”, a poursuivi Corinne Narassiguin. Pour rappel, le ministre de l’Intérieur fait l’objet d’une plainte déposée par Sophie Patterson-Spatz, qui l’accuse de l’avoir violée en 2009. Ce que Gérald Darmanin, toujours présumé innocent, dément fermement. Un non-lieu avait été prononcé avant d’être annulé pour cause d’actes d’enquête insuffisants. En mars dernier, les deux protagonistes avaient été confrontés.

Pour Corinne Narassiguin : “Il y a un problème de politique de maintien de l’ordre dans ce pays”

Même en tant que ministre de l’Intérieur, le jeune papa ne trouve pas grâce aux yeux de Corinne Narassiguin. “C’est un ministre qui est fidèle à sa filiation sarkozyste. C’est un ministre qui pense que la police est là d’abord pour réprimer et qui n’a pas fait grand-chose depuis cinq ans pour continuer ce qu’on avait commencé, c’est-à-dire renforcer les moyens de la police. On voit bien les politiques de maintien de l’ordre qui sont déployées à travers les manifestations qu’on a eues dans le passé. Tout cela va à la dérive, on laisse des policiers face à des situations insupportables où eux-mêmes se retrouvent en confrontation avec la population alors que ce n’est pas leur rôle et cela vient d’en haut.” Et de conclure : “Il y a un problème de politique de maintien de l’ordre dans ce pays.”

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Norbert Scanella / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet